RETOUR LE CAMBODGE LE NEPAL LE BRESIL LA HONGRIE JAVA - BALI L'INDE
LE RAJASTHAN
Cliquez sur la photo cam 1 1
buda7 borobudur2 1
ISTANBUL LE MYANMAR LE LAOS LE PEROU OUZBEKISTAN LE VIETNAM
1 1 133 1 1 halong 12
 

VOYAGE
THAILANDE
Du 29 décembre 2016 au 26 janvier 2017
Itinéraire :
BANGKOK : 3 + 2 jours
AYUTTHAYA
: 2 jours + 1 jour
PAK CHONG - Parc de Khao Yai
: 2 jours
SUKHOTHAI :
4 jours
KOH CHANG :
10 jours
VIDEO DU VOYAGE BUDGET
Avion : Bordeaux - Paris - Bangkok = 755 euros / pers via GO VOYAGES
Visa : Aucun si < 30 jours          
Dépenses sur place : 1300 euros pour 2 personnes tout inclus (sauf avion)
Informations touristiques / Sources :
Histoire de la Thailande

La Thaïlande n'est le « pays des thaïs » que depuis un millénaire environ. Avant l'arrivée des peuples thaïs depuis le sud de la Chine, il a existé dans la région plusieurs royaumes indianisés successifs ou concurrents, d'ethnie mône, khmère ou malaise.
Les thaïs établirent leurs propres royaumes, d'abord Sukhothaï et le Lanna, puis le royaume d'Ayutthaya. Ces États se combattirent entre eux et furent constamment menacés par l'empire khmer, les birmans et le Viêt Nam. Progressivement plus puissante, la Thaïlande, amputée de plusieurs régions (Cambodge, Laos) souffrit aussi des empiètements de l'Europe coloniale au XIXe siècle et au début du XXe siècle. Les Thaïs se targuent d'être le seul pays d'Asie du Sud-Est à n'avoir jamais été colonisé, mais certains évoquent un protectorat de fait.
Après la fin de la monarchie absolue en 1932, la Thaïlande a vécu soixante ans de pouvoir militaire, jusqu'à l'établissement d'un système démocratique, avec un gouvernement élu. Ce système est cependant faible, et les militaires continuent à jouer un rôle prépondérant dans la politique

Coutumes et religions
Coutumes et traditions
  • Les dépenses: La monnaie est le Baht (1 euro = 37 à 38 bahts). Quelques éléments de dépenses quotidiennes : 1 repas entre 60 à 120 bahts, selon les endroits. Mais il n'y a qu'un plat à base souvent de riz, comme dans tous les pays d'Asie. Un repas pris dans la rue est bien entendu beaucoup moins cher. L'hygiène est tout de même bonne, mais la vigilance est de rigueur, surtout au début du séjour... l'organisme doit s'habituer. Une grande bière locale (Chang ou Lao) coûte entre 60 et 80 bahts dans les restos. Le prix des GH et hôtels dépend de l'endroit, mais on trouve facilement à se loger pour 800 - 1000 bahts (sauf à Bangkok... capitale oblige). On peut estimer un coût journée entre 20 et 30 euros / jour et / personne.   
  • Les déplacements : Les transports sont de bonne qualité, les horaires sont à peu près respectés. Le transport le moins cher reste le train et le bus. Les taxis (collectivs ou non) sont assez chers. A Bangkok, il y a le bateau bus, très peu cher, les tuktuks surtout à bangkok ont de fâcheuses tendances à exagérer sur les prix, pour un trajet en ville de 2-3 km, comptez 100 baths. Négociez avant le départ et restez ferme. Dans Bangkok, le métro est d'un accès facile, pas cher et permet des connections avec le skytrain de ce, depuis l'aéroport.
Site de réservation de bus, train, avion.
Site de réservation de bus
Site pour définir ses trajets
Site pour horaires des trains
  • L'hébergement: Les hébergements sont de bonne qualité, mais varient selon les lieux et est inversement proportionnel à l'affluence touristique, Business oblige, mais la concurrence est un atout. A Bangkok, si vous voulez loger dans le périmètre touristique de Wat Pho, les hébergements sont chers et rarement au dessous de 800 bahts, mais vous êtes près des lieux à visiter et économisez ainsi en temps et en transport. Le secteur "routard" Khao San Road au nord de Bangkok, permet d'avoir des GH pour 500 bahts.    
  • La restauration: C'est l'asie, donc riz, riz... et nouilles comme base alimentaire. Les currys sont excellents, mais souvent très revelés.. Selon la saison, la variété des fruits est appréciée. Sur les îles, manger du poisson est un régal, d'autant, que lors de la préparation (au BB) ils enlèvent toutes les arêtes.        
  • La sécurité et autres ennuies : Pas de problème particulier, comme partout, faire attention. Malgré 30 ans de trip au travers le monde, jamais eu de problème... sauf que, l'avant veille de partir pour la France, je me suis fait voler ma sacoche ; 2 passeports, carte de crédit, billet avion, clés et argent liquide. Heureusement s'était à Bangkok, mais avons dû galérer : passage à la police du district (important) et ils ne parlent pas anglais ! ! et à l'ambassade de France pour avoir les laissez-passer, (nous avons dû payer avant d'avoir les documents). Par ailleurs, n'attendez pas d'aide de la part de notre ambassade de Bangkok (Ils ne vous feront même pas les photocopies nécessaires au laissez-passer..)       

BANGKOK  
Informations touristiques / Sources :
Histoire de Bangkok

La ville occupe une superficie de 1 568,7 km2 dans le delta du fleuve Chao Phraya en Thaïlande centrale et son nombre d’habitants est supérieur à 8 millions, soit 12,6 % de la population thaïlandaise. Plus de 14 millions de personnes (22,2 %) habitent l’aire métropolitaine de la capitale, ce qui fait d’elle une mégapole plusieurs fois plus importante que tous les autres centres urbains du pays.
Les racines de Bangkok remontent à un petit comptoir commercial crée durant le Royaume d'Ayutthaya au XVe siècle qui a pris de l’importance avant de devenir le site d'une première capitale (Thonburi en 1768) transférée sur l'autre rive du fleuve à Bangkok dont la date de fondation officielle par Rama Ier, le premier roi la dynastie Chakri, est le 6 avril 1782. Bangkok s’est situé au cœur de la modernisation du royaume de Siam au XIXe siècle, alors que le pays subissait la pression des nations colonisatrices européennes. La ville a ensuite été le théâtre de l’évolution politique de la Thaïlande au XXe siècle, avec l’abolition de la monarchie absolue, l’adoption d’une constitution, et plusieurs soubresauts parfois violents. La ville a connu une formidable croissance à partir des années 1960 et exerce aujourd’hui un impact significatif sur la vie politique, économique, culturelle, sur l’éducation et sur les médias thaïlandais.
Le boom économique asiatique des années 1980 et 1990 a amené beaucoup d’entreprises multinationales à installer leur siège régional à Bangkok. La ville est un important pôle d’affaires. C’est également une plateforme internationale pour les transports et la santé, tout comme pour les arts, la mode, les spectacles et le tourisme. Bangkok fait partie des villes les plus visitées au monde

INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS :
  • Situation : Voir l'histoire du pays
  • L'hébergement : Nous avons préféré loger dans le quartier touristique du Wat Pho, pour la visite des wats. Quartier plus cher mais avons trouvé via booking.com un hotel très bien placé avec un très bon rapport qualité-prix (calme, spacieux, réfrigérateur, TV, toilette privée, eau chaude). Hôtel Chaiwat Guest House, 800 bahts / nuit, via Booking.com. Mail- Téléphone 087-0144433 ou 02-2252920. - Adresse 392/9 Maharaj Road, Phraborommaharajwang, Phranakorn. Comme la demande est forte et que dans le coin, il n'y a pas grand choix (à ce prix), c'est vite complet. Lors de notre retour à Bangkok, nous avions pris un autre Hôtel très bien placé, à 800m de l'Ambassade de France ; Silom Village Inn, 1000 bahts, le luxe. Email : Silomvillage@hotmail.com 286/1 Silom Road, Suriyawong, Bangrak, Bangkok 10500. En prenant le BTS, c'est la sortie Surasak, c'est près du Central Pier si vous prenez le bateau bus.  
  • La restauration : Les restaurants dans le secteur touristique de Wat Pho sont nombreux. Le coin est touristique et les prix sont en fonction du resto (pour touristes donc chers ou pour locaux donc très peu chers) Par ailleurs, bizarrement les restaurants ferment à 18h00 (dans ce secteur) ! Nous n'avons vu cela que dans le quartier Wat Pho . Si vous logez au Silom Village, à deux pas à gauche en sortant, rue Soi Silom 20, il y a plusieurs petits restaurants de quartiers, très bien, très bon: Thai Food Soi, Mama Mia... notre cantine du soir. 
  • Les points particuliers que nous avons faits
  1. Le Wat Pho
  2. Le Wat Arun (de l'autre côté du Chao Praya)
  3. Le Wat Phra Kaeo et le Grand Palais
  4. Le marché de Chatuchak
  5. Le City Pillar Shrine
  6. Le Wat Saket ou Golden Mount
  7. Le Wat Mahan Pharam
  8. Les Klongs de Bangkok  
  • Les déplacements : A pied pour les visites < 2-3 km. Autrement, il y a le métro (PLAN) et les tuktuks.  Si vous avez une tablette, ou un téléphone, téléchargez MAP.ME, facile et très pratique. En effet, avec le GPS, très facile de savoir où l'on va et d'où l'on vient. Les tuktuks et autres taxis ne savent pas lire une carte, et font plusieurs fois le tour de la ville avant de demander le chemin (ce fut notre cas) Le tarif est généralement de 100 bahts pour 1-2 km en ville. Sachez qu'en Asie, dire NON à une demande c'est en quelque sorte perdre la face, aussi, ils ne disent jamais non à une question ! ! 
  • Autres informations :  Les banques ferment tôt à 15h30. Pour le change en Euro, c'est à l'aéroport que nous avons eu le meilleur taux
  • Arriver et quitter : En arrivant à l'aéroport de Suvarnabhunmi. Pour aller dans le centre de Bangkok, plusieurs options :

    - Xpress line jusqu'a phaya thai, puis taxi
    - BTS de Phaya Thai à Saphan Taksin : 42 bahts + Express Boat : 15 bahts. Total : 57 bahts.
    - Taxi depuis Phaya Thai : entre 65 bahts et 110 bahts environ selon la circulation.
    - Xpres line jusqu'a phaya thai, puis bts jusqu'a saphan taxin, puis bateau
    - Xpress line jusqu'a phaya thai, puis bus 2
    - Xpress line jusqu'a phaya thai, puis bts jusqu'a siam, puis bus 25, 508, ou 48.
    Les deux dernieres solutions sont peu cheres, et pratiques ! N'hesitez pas à demander aux gens pour les arrets de bus.
    Le taxi est rapide mais cher si il y a des bouchons ! Nous avons pris un taxi en journée de l'aéroport à notre hôtel = 500 bahts (1h30)

TRAIN

3 lignes Airport Rail Link desservent l'aéroport entre 6h00 et minuit : sous-sol B
SA City Line. 45 Bahts : 30 minutes entre l'aéroport et la gare de Phaya Thai.
Makkasan Express. 90 Bahts : 15 minutes entre l'aéroport et la gare de Makkasan.
Phaya Thai Express. 90 Bahts : 17 minutes entre l'aéroport et la gare de Phaya Thai

BUS - TRAM

Ligne de bus BorKhorSor 5h40 à 21h : 1er étage
Tickets disponibles au guichet de BorKhorSor
Bus locaux Bangkok Mass Transport Authority (BMTA)
Coût : entre 24 et 35 Bahts pour accéder au centre-ville de Bangkok

  • Pour changer les euros, nous avons trouvé le meilleur taux à l'aéroport de Bangkok. Descendre au 4ième sous-sol, il y a des bureaux de change, dont SUperrich qui semble remporter la faveur des voyageurs. Dans le centre ville de nombreux DAB.   


Plan de Bangkok
Secteur tourisque de Wat Pho

Itinéraire des bateaux bus sur le Chao Phraya
Très facile d'usage pour 4 bahts, il parcourt plus de 25 km
Agréable à faire surtout quand il fait chaud.
C'est aussi une autre façon de visiter Bangkok
C'est aussi à partir de certains Piers que l'on peut prendre les bateaux "long trail" pour faire les khlongs. (Voir plus loin)   

C'est aussi une ville moderne..
Bangkok occupe une superficie de 1 568,7 km2 dans le delta du fleuve Chao Phraya en Thaïlande centrale

La population est supérieure à 8 millions, soit 12,6 % de la population thaïlandaise.
C'est un centre administratif et financier incontournable de l'Asie.
INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS
.
Wat Pho 
ou Temple du Bouddha couché
Wat Phra Chettuphon Wimon Mangkhalaram Ratchaworamahawihan (วัดพระเชตุพนวิมลมังคลารามราชวรมหาวิหาร, wát pʰráʔ tɕʰêttupʰon wíʔmon maŋkʰalaːraːm râːttɕʰawɔːráʔmahǎːwíʔhǎːn)

Informations pour la visite
Il est ouvert à partir de 8h et ferme en général vers 18h-18h30. Le prix d'entrée est de 150 bahts. Pour s'y rendre, tout dépend de quel endroit vous venez. L'un des moyens le plus agréable et pas cher (4 bahts) c'est le bateau bus qui fait le Chao Phraya. Une bouteille d'eau est donnée avec le billet d'entrée (comme dans toutes les autres visites), mais des fontaines sont à disposition. La visite peut être longue et la chaleur, un handicap. A l'intérieur, des repas sont distribués gratuitement, c'est au delà de la gratuité, une bonne façon de participer à la vie "locale".
Pour y aller :
1 - Bus n°1,3,6,9,12,25,32,43,44,47,48,51,53,82,103
2 - Chao Phraya Express Boat. Descendre à l'arrêt Tha Thien Pier (à coté), ou Tha Chang Pier, ou Pak Klong Talad Pier
Histoire
Source 1
Source 2
Source 3
Le Wat Pho est le plus ancien et aussi le plus vaste des temples de Bangkok.
Construit de part et d'autre de la rue Thep Bidon, une partie abrite les édifices religieux, l'autre les quartiers des bonzes.

Cette rue est importante dans l'histoire de la Thaïlande, elle aurait été empruntée par Rama I°, le 6 avril 1782 lorsque, de retour du Cambodge, il fonda la dynastie Chakri qui règne toujours actuellement.
Ce très vaste temple n'est pas des plus commode à visiter tellement les regards sont attirés de divers côtés à la fois. Pratiquez avec ordre et méthode et vous découvrirez ses charmes multiples autant que variés.
Les premiers rois de la dynastie Chakri avaient une préférence bien marquée pour le Wat Pho. De nombreux et magnifiques chédis décorés de faïence sont dédiés à leur mémoire. C'est ici aussi que reposent les cendres de nombreux membres de la famille royale.
Le Roi Rama III a encouragé fortement le rôle éducatif du temple en voulant rendre l'enseignement accessible à tous. Pour beaucoup ce fut en quelque sorte la première université de Thaïlande.
Vous y trouverez ainsi, des personnages illustrant les diverses méthodes de massage thaï traditionnel, des blocs de roche en provenance de diverses régions de la Thaïlande et qui étaient destinés à l'enseignement de la géologie ...
Centre de médecine traditionnelle, la littérature, l'astrologie... ne sont pas oubliés pour autant grâce à la présence de fresques.
Mais c'est bien entendu l'immense Bouddha Couché qui attire essentiellement les touristes. Impressionnant avec ses 45 mètres de long et ses 15 mètres de haut, il est entièrement recouvert de feuilles d'or.
Mais vous devez aussi aller regarder les pieds du Bouddha aux 108 signes de bonnes augures et incrustés de nacre (c'est aussi de là que vous pourrez prendre la meilleure photo "toute en longueur") et ce tout en observant ce qui reste des fresques murales, hélas mal éclairées, toute l'attention étant portée vers le magnifique Bouddha.
La chapelle principale avec ses scènes du Ramakien ainsi que la bibliothèque recouverte de porcelaine valent aussi votre intérêt.
Des centaines de statues furent récupérées dans les ruines d'Ayutthaya par le Roi Rama I°. De nombreuses d'entre-elles, et de styles variés, sont exposées dans la galerie.
Nous terminerons par quelques anecdotes, les grandes statues avec des chapeaux haut-de-forme qui gardent les portes du Wat Pho, représentent des européens et les petits animaux de pierre que vous rencontrerez un peu partout arrivèrent ... de Chine. Il parait que cela servait de lest aux bateaux qui en revenait 'à vide' après livraison de riz à ce pays
Une visite qui vaut largement de "prendre son temps" pour en profiter pleinement. Vous ne la regretterez certainement pas !
1
  1. Phra Ubosot
  2. Phra Maha Chedi Si Rajakarn
  3. Phra Mondobb
  4. Phra Buddha Saiyas
  5. Khao Mor and Hermit Statues
  6. Phra Buddha Lokanat
  7. Phra Buddha Maravichai
  8. Phra Bouddha Chinnaraj
  9. Phra Bouddha Chinnasri
  10. Phra Bouddha Palalai
  11. Sala Karnparien
  12. Suan Misakawan
  13. The crocodile Pond
  14. Wat Pho Elementary School
  15. Sala Mae Sue
  16. Sala Mor Nuad
  17. Wat Pho Massage Service
  

Les géants de Wat Pho ou la légende de Tha Tien. Ils gardent l'entrée principale du Wat Pho. Ils ressemblent à des démons dans la version de Ramayana

Détails d'une toiture de temple

Entrée du temple du Bouddha d'émeraude

Les feuilles d'or déposées par les fidèles, s'accumulent...

Les fidèles mettent des pièces dans les urnes

Les statues chinoises en pierre, furent utilisées comme ballast lors des transports commerciaux de marchandises par bateaux vers et depuis la Chine, puis furent placées comme décoration dans les temples.    
Les colonnades du Wat Pho sont composées d'une double structure autour du Phra Ubosot. 150 images du Bouddha Ces images furent apportées depuis le nord du pays, durant la période de Chiang Saen.

Phra Buddha Theva Patimakorn est la principale image du Bouddha à Phra Ubosot, de l'époque de Rama 1er

Le 1er janvier 2017 à Bangkok, au Wat Pho 

Phra Buddha Saiyas (The reclining Buddha)
Le Bouddha couché de 46 m de long et 15 m de haut, recouvert de feuilles d'or. Ses pieds mesurent 5 mètres de long et 3 de haut 
INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS
.
Wat Phra Kaeo
ou Temple du Bouddha d'émeraude
Le Grand Palais
Informations pour la visite
Il est ouvert à partir de 8h et ferme en général vers 18h-18h30. Le prix d'entrée est de 500 bahts. Pour s'y rendre, tout dépend de quel endroit vous venez. Il est situé proche du Wat Pho. Donc les mêmes informations : l'un des moyens le plus agréable et pas cher (4 bahts) c'est le bateau bus qui fait le Chao Phraya. Une bouteille d'eau est donnée avec le billet d'entrée (comme dans toutes les autres visites), mais des fontaines sont à disposition. La visite peut être longue et la chaleur, un handicap. A l'intérieur, des repas sont distribués gratuitement, c'est au delà de la gratuité, une bonne façon de participer à la vie "locale".
Le billet d'entrée (500 bahts) inclus l'entrée du Wat Phra Kaeo mais aussi du Grand Palais, mais aussi le petit musée de la monnaie, juste avant l'entrée.
ATTENTION : Avoir les épaules couvertes et une tenue adaptée (short non admis...)
Pour y aller :
1 - Bus n°1,3,6,9,12,25,32,43,44,47,48,51,53,82,103
2 - Chao Phraya Express Boat. Descendre à l'arrêt Tha Thien Pier (à coté), ou Tha Chang Pier, ou Pak Klong Talad Pier
Histoire du Wat Phra Kaeo
Source 1
Source 2

Le Wat Phra Kaeo (en thaï : วัดพระศรีรัตนศาสดาราม     ), ou Temple du Bouddha d'émeraude, est un temple bouddhiste situé dans le cœur historique de Bangkok, l'un des lieux sacrés les plus importants de la Thaïlande.
Le Wat Phra Kaeo désigne non seulement le temple contenant le Bouddha d'émeraude, appelé ubosot, mais également l'ensemble des édifices situés dans l'enceinte du complexe architectural sacré.
Son
origine est entourée de légende. Elle a fait son apparition en 1434 à Chiang Rai, dans l'extrême Nord du pays. Elle aurait été découverte dans un chedi éventré par la foudre, et se présentait comme une statue en stuc doré. Plus tard, le stuc se fendillant, une pierre verte translucide apparut, le peuple s'émerveilla, on dit la Statue en émeraude et elle fut nommée Phra Keo Morakot. Le roi de Chiang Mai désira récupérer la statue et envoya un convoi d'éléphant pour la ramener, mais au retour, l'éléphant portant le Bouddha se trompa de route et la statue arriva à Lampang, où le roi, ne voulant pas contrarier les signes divins, la laissa.
Elle y resta 32 ans. En 1468 le nouveau roi de Chiang Mai, Tilokaraj, récupéra la statue. En 1551, le royaume de Chiang Mai passa sous la domination du roi du Lan Xang (actuel Laos) et le Bouddha partit pour Luang Prabang, où il resta jusqu'en 1564, date à laquelle la capitale du Laos fut transférée à Vientiane. En 1778, le général Chakri, futur Rama Ier s'empara de la ville et rapporta la statue à Thonburi. Elle fut placée dans le Wat Arun puis trouva enfin sa place dans la chapelle du palais de la nouvelle capitale en 1784.

Le bloc de jadéite mesure 75 cm de haut sur 45 cm de large, la statue elle-même ne mesure que 60 cm de haut, 15 cm du socle non taillés étant cachés dans le piédestal. D'après son style, le Bouddha d'émeraude appartient à l'école du Nord, ou Chiang Saen. Il fut probablement taillé au XVe siècle. On suppose que la jadéite provient de Birmanie.
La statue est présentée sur un piédestal en or, sur un autel de 11 m de haut, dans une cage de verre (la photographier est interdit) et sous un parasol doré à neuf étages symbolisant la royauté universelle.
Le Bouddha est au centre de la dévotion royale et populaire. Il possède trois costumes d'or et de pierreries qui sont changés solennellement par le roi lui-même suivant les saisons au cours de cérémonies. Tout autour du Bouddha, au pied de l'autel, s'amoncellent les présents royaux ou populaires.
IL n'est pas permis de photographier la statue d'émeraude.

Histoire du Grand Palais
Source 1
Source 2

Le Palais royal de Bangkok (Thai : พระบรมมหาราช วั  ง, Phra Borom Maha Ratcha Wang) de Bangkok a été construit en 1782 par le roi Rama Ier, le fondateur de la dynastie Chakri, sur la rive gauche (orientale) de la Chao Phraya quand il a déménagé la capitale de Thonburi à Bangkok. Tout au long de règnes successifs, beaucoup de nouveaux bâtiments et structures ont été ajoutés, en particulier pendant le règne du roi Chulalongkorn (Rama V).
Le palais abrite non seulement la résidence royale et la salle du trône, mais aussi un grand nombre de bureaux gouvernementaux et le temple du Bouddha d'émeraude (Wat Phra Kaeo, récemment rénové).
Le monarque actuel, le roi Vajiralongkorn (Rama X), réside actuellement au palais Chitralada, mais le Grand Palais est encore utilisé pour les événements officiels. Plusieurs cérémonies royales se déroulent dans les murs du palais chaque année.

a
Plan du Wat Phra Kaeo
  1. Ubosot et le Bouddha d'émeraude
  2. Les douze Salas (abris ouverts)
  3. Gandhara Bouddha Viharn
  4. Ho Phra Khanthararat
  5. L'Hermite
  6. Ho Phra Ratcha Koramanuson
  7. Phra Phothi That Phiman
  8. Ho Phra Ratcha Phongsanuson
  9. Chao Mae Kuan-im (Sanctuaire de Guanyin)
  10. Than Phaithi
  11. Phra Si Rattana Chedi
  12. Phra Mondop
  13. Prasat Phra Thep Bidon
  14. Les deux Chedis dorés
  15. Miniature d'Angkor Vat
  16. Deux Chedis décorés
  17. Créatures mythologiques
  18. Stèle à Rama I, II et III
  19. Stèle à Rama IV
  20. Stèle à Rama V
  21. Stèle à Rama VI, VII, VIII et IX
  22. Porche ouest
  23. Porche sud
  24. Phra Sawet Kudakhan Wihan Yot
  1. Le Beffroi
  2. Ho Phra Nak
  3. Ho Phra Monthian Tham
  4. Les huit Chedis Phra Atsada Maha
  5. Mur du cloître, présentant le Ramakian
  6. Porte n° 1, Koei Sadet (avant)
  7. Porte n° 2, Na Wua
  8. Porte n° 3, Phra Si Rattana Satsada
  9. Porte n° 4, porte de l'Hermite
  10. Porte n° 5, Koei Sadet (arrière)
  11. Porte n° 6, Sanam Chai
  1. Inthorachit
  2. Suriyaphop
  3. Wirunhok
  4. Mangkonkan
  5. Thotsakhirithon
  6. Thotsakhiriwan
  7. Chakkrawat
  8. Atsakanmala
  9. Sahatsadecha
  10. Thotsakan
  11. Wirunchambang
  12. Maiyarap

Vue extérieure du Wat Phra Kaeo, l'entrée est à droite

A l'entrée, les gardes assurent la relève,
car c'est aussi l'entrée du Grand Palais
Temple du Bouddha d'émeraude (photos et vidéos interdites). Source 1
Son origine est entourée de légende. Elle fait son apparition en 1434 à Chiang Rai, dans l'extrême nord du pays. Elle aurait été découverte dans un chedi éventré par la foudre, et se présentait comme une statue en stuc doré. Plus tard, le stuc s'est fendillé la la pierre verte translucide est apparut. On nomme la statue "le bouddha d'émeraude", mais en fait c'est de la jadéite et elle fut nommée Phra Keo Morakot.
Le roi de Chiang Rai après avoir entendu parler de la statue, désira la récupérer et envoya un convoi d'éléphants pour la ramener, mais au retour, l'éléphant qui partait la statue se trompa de chemin et la statue arriva à Lampang, où le roi, ne voulant pas contrarier les signes divins, la laissa.
Elle y resta 32 ans. En 1468 le nouveau roi de Chiang Mai Tilakaraj récupéra la statue. En 1551 le royaume de Chiang Mai passa sous la domination du roi du Lan Xang (actuel Laos) et le Bouddha partit pour Luang Prabang, où il resta jusqu'en 1564, date à laquelle la capitale du Laos fut transférée à Vientiane.
En 1778 le général Chakri, futur Rama 1er s'empara de la ville et rapporta la statue à Thonburi. Elle fut placée dans le Wat Arun puis trouva enfin sa place dans la chapelle du Palais de la nouvelle capitale en 1784
La statue de jadéite mesure 75 cm de haut sur 45 de large.  La satue est présentée sur un piedestal en or, sur un autel de 11m de haut, dans une cage de verre et sous un parasol doré ) 9 étages qui symbolise la royauté universelle.  
Le Bouddha possède trois costumes de pierres précieuses qui sont changés solennellement par le roi lui-même. 

De la terrasse, on peut admirer le reliquaire en forme de Chedi doré, le recueil des canons du Bouddhisme dans un écrin incrusté de nacre. 
     

Représentation d'Anghor Wat
Cette maquette a été offerte par le Roi Mongkut et le Panthéon Royal où sont enchassées les statues des anciens souverains de la dynastie régnante.

Animaux mythologiques

Animal mythologique

La chapelle royale

Ces éléphants si situent sur la place devant l'entrée du Wat Phra Kaeo

C'était la période après le décès du Roi. Aussi, l'accès au Grand Palais n'était autorisé qu'aux thailandais.
INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS
.
Wat Arun
ou Temple de l'Aube
Informations pour la visite
Prix 50 bahts l'entrée. Le jour de notre passage il était en rénovation et des échaffaudages occupaient tout l'édifice, dommage 
Pour y aller :
Il se situe sur l'autre rive du Chao Phraya. Aussi, prendre le bateau qui fait la navette entre les deux rives, 4 bahts / personne. Prendre le bateau au Tha Tien Pier, tout près du Wat Pho. Il y a du monde qui fait la queue... lieu idéal pour les pickpockets !!   
Histoire du Wat Arun
Source 1
Source 2

Incroyablement, il ya plus de 31200 temples bouddhistes répartis autour de la Thaïlande. L'un d'eux, le Wat Arun ou le temple de l'aube, porte le nom d'Aruna, le dieu indien de l'aube. Assis majestueusement sur le côté Thonburi du fleuve Chao Phraya, le légendaire Wat Arun est l'un des points de repère les plus frappants de la rivière en Thaïlande. Malgré le nom, la vue la plus spectaculaire du monument étincelant peut être vu du côté est de la rivière au coucher du soleil, quand les flèches de Wat Arun font une silhouette impressionnante contre l'horizon.

Ce temple Wat ou bouddhiste est une représentation architecturale du Mont Meru, le centre du monde dans la cosmologie bouddhiste. Dans la mythologie du bouddhisme tibétain, le Mont Meru est un lieu qui représente simultanément le centre de l'univers et la singularité de l'esprit recherché par les adeptes. Des milliers de kilomètres de hauteur, Meru est situé quelque part au-delà du plan physique de la réalité, dans un royaume de perfection et de transcendance. Le prang de quatre angles de Wat Arun, qui abrite des images des dieux gardiens des quatre directions, renforce ce symbolisme mystique.

Wat Arun est l'un des rares héritages survivants de la dynastie Chakri de Thaïlande. Le terme Wat se réfère à un groupe de bâtiments religieux généralement enfermés par un mur avec plusieurs passerelles. Pendant l'ère d'or d'Ayutthaya, des navires de diverses nations naviguant de haut en bas le «Fleuve des Rois» s'arrêterait à la jonction de la rivière Chao Phraya connue sous le nom de Thonburi, pour reconstituer les approvisionnements et les provisions qui étaient disponibles abondamment dans cette région. Les marins s'arrêtaient en obéissance devant le vieux temple autrefois connu sous le nom de Wat Makok ou Wat Makok Nok.

On dit que la flotte royale du roi Taksin, le fondateur de l'ancienne capitale de Thonburi, est arrivée à Wat Makok Nok précisément à l'aube. Il a arrêté son vaisseau et a débarqué pour rendre hommage à la relique sainte à l'intérieur de la pagode, et le temple a été par la suite appelé Wat Chaeng - le temple de l'aube. Lorsque le roi Taksin se couronna monarque, le temple fut désigné temple royal dans le grand palais, car c'était la première place à Thonburi à prendre la lumière du matin. Malheureusement, le roi Taksin a mal traité les moines du temple, les expulsant afin qu'il puisse adorer en privé dans le temple. Le Wat a abrité la statue du Bouddha d'Émeraude, avant d'être transféré à Wat Phra Kaeo en 1785.

Le Wat Arun (thaï : วัดอรุณ, le temple de l'aube) est un temple (     wat) bouddhiste de Bangkok, Thaïlande.
Le temple est situé dans le quartier de Bangkok Yai, sur la rive droite (Ouest) du fleuve Chao Phraya. Son nom complet est Wat Arunratchawararam Ratchaworamahavihara (วัดอรุณราชวรารามราชวรมหาวิหาร).
Le temple doit son nom au dieu Hindou Aruna, symbole de l'aurore.
Le wat comprend quatre petits prangs (en) à chaque angle, qui abritent des statues de Nayu (la divinité du vent) à cheval. Les points cardinaux sont matérialisés par des mondops. Le très fort taux d'inclinaison des escaliers du prang central atteste de la difficulté d'atteindre les niveaux supérieurs de l'existence.
Autour de la base des prangs, on trouve différentes figures d'anciens soldats et animaux chinois.
Les toits du temple Wat Arun sont ornés de kinaries (femmes-oiseaux aux mains jointes).
La circonférence de la base de la structure est de 234 mètres, et le prang central (stûpa) s'élève à 82 m. Il est surmonté d'un trident à sept branches, mentionné par de nombreuses sources comme le "trident de Shiva ".
Sur la deuxième terrasse, on trouve quatre statues du dieu Hindou Indra chevauchant Erawan.
Dans l'iconographie bouddhiste, le prang central est considéré comme ayant trois niveaux symboliques de bas en haut :

  • le Traiphum, qui évoque les trente et un mondes de la réincarnation,
  • le paradis Tavatimsa, la sphère des trente-trois dieux, où tous les désirs sont exaucés,
  • et le Devaphum, le sommet du mont Meru surmonté de la foudre (vajra), l'arme d'Indra.
Au bord du fleuve se trouvent six pavillons ( sala ) dans le style chinois. Les pavillons sont faits de granit vert et contiennent des embarcadères.

Les moines bénissent les fidèles

Les offrandes selon la représentation du signe de naissance

A Paris, nous mettons des cadenas au Pont Neuf... Ici les fièdèles mettent des clôches que vent fait tinter...

Les bâtons d'encens, plusieurs couleurs, plusieurs prix, plusieurs significations... mais je n'ai pas la réponse.
INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS
.
Wat Ratchapradit

Informations pour la visite
Gratuit, pas spécialement un haut lieu du tourisme, mais à voir, si on a le temps.
Pour y aller :
Il se situe à coté de Saranrom Park, pas très loin du Wat Pho (500 m au nord est)
Histoire du Wat Ratchapradit
Source 1
Wat Ratchapradit (nom complet: Wat Ratchapradit Sathit Mahasimaram Ratcha Wora Maha viharn, Thai : วัด ราช ประดิษฐ์ สถิต มหา สี มา ราม ราชวรวิหาร ) est un petit temple bouddhiste (wat) dans le quartier de Phra NakhonBangkok , capitale de la Thaïlande . Wat Ratchapradit est un Temple Royal Class .
Le bâtiment de l' Est est la bibliothèque ( Hor Trai ) du temple. Il est blanc stucco vêtu. Sur les frontons sur les fenêtres et les portes des épisodes de la vie de sont Bouddha représenté en relief.
INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS
.
Wat Saket
ou Golden Mount
Informations pour la visite
Entrée 20 bahts. La terrasse permet une vue sur Bangkok. Un escalier (un chemin type pélerinage) très facile permet d'y accéder.
Pour y aller :
Il se situe à 2-3 km du Wat Pho. Y aller à pied, mais tôt, ou en tuktuk. 
Histoire du Wat Saket
Source 1
Source 2

Le Wat Saket Ratcha Wora Maha Wihan (thaï : วัดสระเกศราชวรมหาวิหาร), plus connu sous le nom de    Wat Saket, est un temple bouddhique (Wat) de Bangkok. Son chedi doré, construit sur une colline artificielle de 75 m, lui a valu le surnom de Temple de la montagne d'or. Il renfermait une relique du Bouddha.
Le Wat Saket date de l'époque d'Ayutthaya ; il portait alors le nom de Wat Sakae. Le roi Rama Ier (r. 1782-1809) le restaura et le renomma Wat Saket.

La montagne d'or
Le Phu Khao Thong (thaï : ภูเขาทอง, montagne d'or) est une colline artificielle édifiée dans l'enceinte du Wat Saket.

La décision d'ajouter un énorme chedi au temple date du début du règne de Rama III (1824-1851). Ce chedi s'écroula durant sa construction, en raison de la mollesse du sol (constitué comme partout ailleurs à Bangkok d'alluvions de la Chao Phraya gorgées d'eau). Durant le demi-siècle suivant, la masse de brique et de terre subsistante resta à l'abandon, prenant la forme d'une colline naturelle, couverte de végétation. C'est à cette époque qu'elle reçut le nom de Phu Khao (ภูเขา).
Sous le roi Rama IV (r. 1851-1868), un petit chedi fut construit au sommet. Il fut terminé sous le règne de Rama V (1868– 1910), et reçut une relique du Bouddha provenant d'Inde (1898). Dans les années 1940, la colline fut entourée de murs pour l'empêcher de s'éroder

Chaque mois de novembre se déroule une importante fête au Wat Saket, avec une ascension du Phu Khao Thong à la bougie. Le Phu Khao Thong est devenu une importante attraction touristique ; le reste du complexe du Wat Saket est beaucoup moins visité.

  
Sommet du Wat Saket ou Golden Mount              

Une vue à 360° sur Bangkok

Chemin de prière

Un moulin à prières (mani chuskor ou mani korlo en tibétain) est un objet cultuel utilisé par les Tibétains pratiquant le bouddhisme.
Le moulin à prières traditionnel est constitué d'un cylindre rempli de mantras et pouvant tourner librement autour d'un axe. Selon les croyances associées à cet objet, actionner un tel moulin a la même valeur spirituelle que de réciter la prière du mantra, la prière étant censée se répandre ainsi dans les airs comme si elle était prononcée.
Les moulins souvent disposés en longues séries sont mis en mouvement l'un après l'autre par le fidèle qui passe devant eux. Le fidèle déplace les moulins avec sa main droite. Et le moulin doit être tourné dans le sens des aiguilles d'une montre, afin que le mantra soit lu dans le sens où il a été écrit.

Un moulin à prières est un objet de culte utilisé dans plusieurs pays Bouddhiste mais qui a été plus particulièrement développé au Tibet. Une des explications à l'invention de cet objet est l'expression Bouddhiste "tourner la roue du Dharma"

Source 1


INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS
.
Les klongs de Bangkok

Informations pour la visite
Pour visiter les klongs, il y a plusieurs points de départ possibles:- se rendre en Skytrain jusqu'a la station Saphan Taskin et à l'embarcadère vous serez accosté par des bateliers qui vous proposerons des tours de 1h à 1h30 voire 2 heures.
Difficile de trouver un tour d'une heure à moins de 1000 baths.
Evitez de prendre un tour au Central Pier (là où les touristes affluent), décalez vous vers le nord, Pier Oriental, ou bien prendre un bateau bus et allez loin vers rama VIII bridge, et demandez à la personne qui poinçonne les tickets. Elle a sans doute un membre de sa famille qui vous amenera, ce que nous avons fait. Mais n'attendez pas à des prix bas pour autant. Nous avons payé 1000 bahths pour 1 heure, mais étions que nous deux. 
Toutefois, c'est à faire, même si les Klongs petit à petit disparaissent pour être comblés. Quant aux marchés flottants vus dans les films ou les reportages... ils sont tout de même rares.
Pour y aller :
Des bateaux partent depuis les embarcadères de Tha Chang et Tha Tien ou Tha Ratchawong.
Histoire sur les Khlongs
Source 1
Khlong (thaï คลอง, parfois aussi transcrit Klong) est le nom générique des canaux de la plaine centrale de Thaïlande. Les khlongs constituent un réseau relié à la Chao Phraya, à la Tha Chin, à la Mae Klong ou à leurs affluents. Le mot s'applique aussi à de nombreuses petites rivières, nommées du mot khlong suivi de leur nom particulier.

Marchants ambulants

Une marchande ambulante
Mais il est aussi possible et très agréable de faire à pied les Klongs dans Bangkok. C'est moins "touristique", mais cela donne une idée de la vie sur le bord de ces canaux. Et cela peut prendre des heures. Nous en avons fait une partie. Ces canaux sont partout et traversent Bangkok
 
INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS
.
Le Chao Phraya

Informations pour la visite
Pour faire le Chao Phraya, c'est facile et vraiment pas cher. 4 bahts par personne (10 centimes d'euro !) vous montez et descendez au Pier de votre choix. Vous pouvez faire (comme nous l'avons fait) tout le fleuve et au dernier Pier, tout le monde descend. Vous repayez 4 bahts pour le retour. Quand il faut très chaud, la "balade" dure 1h30 à 1h45 (de mémoire), et avec la fraîcheur et les embruns, c'est agréable.
C'est aussi un moyen très facile et peu couteux de se déplacer d'un point de Bangkok à un autre. Il y a peu de touristes.   
Pour y aller :
Des Piers tout le long du fleuve permet de prendre les bateaux bus, il y a plus 25 piers
Histoire sur Chao Phraya
Source 1

La Chao Praya (thaï แม่น้ำเจ้าพระยา),        Chao Phraya, est le plus important fleuve de Thaïlande après le Mékong et la Salouen. C'est aussi le seul à couler entièrement dans le pays, dont il constitue encore aujourd'hui l'axe majeur de transport et de commerce. Il se forme au confluent des rivières Ping et Nan et s'écoule vers le sud pendant 372 km, avant de se jeter dans le golfe de Thaïlande. La vallée de la Chao Praya est une grande région productrice de riz.
Le mot Ménam signifie « rivière » en thaï : ce mot est formé de deux éléments : me signifiant « mère » et nam « eau ». Chao Phraya est un terme honorifique thaï, que l'on peut traduire approximativement par « seigneur des eaux ».
Non loin de son embouchure, la Chao Praya traverse Bangkok, où avaient lieu de fameux marchés flottants que l'on ne trouve plus guère qu'en dehors de la ville comme à Damnoen Saduak (80 km à l'ouest de Bangkok).


Le bateau bus, cabotage le long du Chao Phraya

Le va et vient des "long tail" sur le Chao Phraya

Les "Long Tail"

De couleur bleu, les long tail ou bateaux à long nez ont la spécificité de passer de la rivière aux canaux – khlong. Le long nez leur permet surtout d’accoster de face les pontons. On monte directement sur le nez, cela permet de faire entrer des personnes directement en file indienne et donc de gagner du temps. Il y a entre 30 et 40 places. Il en existe de deux catégories : ceux pour les touristes et notamment les tour-operators et ceux pour les locaux (plus rares et surtout en activité tôt le matin et le soir).




Les jonquilles d'eau 

Mais voilà depuis quelques décennies, un nouveau fléau vient quelque peu embrouiller la vie entre les hommes et le Chao Phraya.

En effet, avec les cultures intensives et la généreuse utilisation d’engrais chimique dans de nombreuses exploitations agricoles, quantité d’azote, de nitrate et de potasse est rejetée dans le fleuve. Or une espèce raffole de ce petit cocktail, la jonquille d’eau

La jonquille d’eau pousse naturellement dans les eaux calmes et dans des zones limitées de l’estuaire du Chao Phraya. L’inconvénient est justement là, l’accumulation de ces engrais dans l’estuaire facilite la croissance exponentielle de la plante. De petites zones, elle envahit des hectares entiers. Son développement est tel qu’elle ne laisse plus la lumière pénétrer. Cette absence a pour conséquence d’appauvrir l’écosystème. Mais au-delà de ce point donné, arrive une nouvelle problématique : la migration et l’invasion de la plante en amont du fleuve

En raison des effets conjugués des fortes précipitations de la mousson et de la forte amplitude des marées (notamment en cette période), se détachent des pans entiers ou des champs entiers de jacinthes. Au lieu de partir en mer, elles sont ‘aspirées’ et remontent le fleuve. Le Chao Phraya se voit alors envahi de ces plantes sur les 2/3 de sa largeur à certains endroits.

On peut alors voir passer des îlots de verdures qui se fracassent sur les ponts, se disséminaient dans tous les recoins.
Les jonquilles sont loin d’être de petites plantes. Elles peuvent atteindre les 70 cm de haut au-dessus des eaux et ont des rhizomes en quantité. Les feuilles sont assez charnues, avec des feuilles bien épaisses. Elles font la joie des ibis et autres oiseaux, mais sont de vrais cauchemars pour beaucoup.
En effet, elles compliquent la navigation des nombreux bateaux, bouchent les sorties d’évacuation des eaux des khlongs, abiment quantité de pompes et surtout provoquent des conséquences notables sur l’environnement.
Sur le fleuve, plusieurs bateaux équipés de tapis roulant attrapent des centaines de kilos de jonquilles quotidiennement. Sur les berges, des camions attendent pour réceptionner la maudite plante.
La grande nouveauté est que depuis peu c’est mis en place une valorisation de cette plante mal-aimée. Une petite quantité est maintenant traitée pour faire des fibres qui servent, par la suite, à la construction de petits meubles. L’objectif est maintenant lancé, que du fléau soit créé un cercle économique vertueux.
Cependant, il serait aussi pertinent que les solutions prennent en compte non pas la seule plante, mais la source du problème, c’est à dire l’utilisation intensive de produits phytosanitaires dans les exploitations agricoles.
Le terme jonquille d’eau est ici utilisé, car on nous l’a traduit ainsi… si un spécialiste peut donner quelques précisions, nous en serons ravis.


Sur les berges du Chao Phraya, les maisons colorées donnent un agréable spectacle.. Mais toutes n'ont pas le même caractère !

Les khlongs sont peuplés d'énormes varans   
INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS
.
Le marché de Chatuchak
ou week-end market
Informations pour la visite
ATTENTION, ouvert uniquement le samedi et le dimanche de 6h00 à 18h00. C'est l'un des plus grands marchés d'Asie. Donc c'est immense, mais ne pas hésiter à se perdre.
Il y a de nombreux petits restaurants, au nord du marché, ne pas hésiter, c'est un régal.
A côté il y a un grand parc, mais dommage, car non entretenu, mais un peu de verdure après la cohue du marché.  
Pour y aller :
Prendre l'une des lignes de métro pour aller jusqu'à Morchit et le marché de Chatuchak est juste à coté du BTS.
Pour nous le métro était gratuit (pourquoi ??) autrement c'est peu cher, nous avons payé 42 bahts (1 euro) pour aller jusqu'au secteur de Wat Pho.
Attention, il y a deux "morchit" (l'un pour le métro chatuchak - TBS, et un autre situé de l'autre coté du parc à coté de la gare ferroviaire.

Le moyen le plus pratique pour aller au marché de Chatuchak est en Skytrain (BTS). Descendez à la station MO CHIT et prenez la sortie n° 1.
Le Marché de Chatuchak est également accessible par le métro (MRT), station Chatuchak Park (sortie n° 1). Il n’y a plus qu’à suivre la foule pour arriver à la section habillement de Chatuchak.
Pour arriver directement à la section plante et jardinage (section 3 et 4), il vous faudra descendre à la station Kampeng Phet du MRT (sortie n° 1).
Chatuchak est ouvert tous les samedis et dimanches de 9 h à 18 h et les vendredis de 18 h à minuit. La section plante et jardinage, elle, ouvre également les mercredis et jeudis de 7 h à 18 h

Conseils de visite : Ce qu’il faut faire avant d’aller au marché de Chatuchak

Il y a de fortes chances pour que vous restiez au moins une demi-journée à fouiner dans les nombreux stands du marché. Alors préparez-vous en conséquence pour que l’expérience Chatuchak ne tourne pas au cauchemar :
Il y fait très chaud, habillez-vous de façon confortable (vêtement léger, t-shirt, shorts…)
– Préparez-vous à marcher, mettez des chaussures confortables (baskets, sandales…)
– Protégez-vous du soleil en portant des lunettes de soleil, une casquette et appliquez-vous une crème solaire.
– Pensez à boire régulièrement.
– Pensez à amener suffisamment de liquidité, la plupart des vendeurs n’acceptent pas la carte bleue. Les distributeurs de billets même s’ils sont présents dans le marché peuvent être situés assez loin des stands.
– Faites attention à vos effets personnels et aux pickpockets.
– Visitez dans la mesure du possible le marché le matin, il est très fréquenté l’après-midi.
– N’oubliez pas d’emporter un plan du marché de Chatuchak (téléchargeable sur Avant-de-partir) avant d’y pénétrer. Des plans gratuits sont également disponibles aux points d’information de Chatuchak.

Histoire de Chatuckak
Source 1
Source 2
Source 3

Très peu de personnes savent exactement ce qu’elles veulent acheter, ou quels stands visiter, avant d’entrer dans le marché de Chatuchak ! Certaines d’entre elles espèrent être surprises par des produits coups de cœurs et se laissent volontiers guider par les nombreuses allées du marché. Mais la plupart du temps, les visiteurs de Chatuchak arrivent avec quelques idées de ce qu’ils désirent acheter : tout au long de leur journée, ils restent concentrer pour trouver ces produits en chinant dans les allées des sections correspondantes aux produits recherchés. Si vous allez pour la première fois au marché de Chatuchak, fixez vous un point de départ et suivez votre instinct pour une expérience plus enrichissante du marché. Ce qui fait le charme de Chatuchak est avant tout de se perdre dans les nombreuses allées.

Les produits et articles qu’offrent le marché à ciel ouvert de Bangkok sont agréablement variés : produits antiques, plante, dernier jeans Levi’s, T-shirts, Livres, accessoires de mode…
Impossible de nommer tous les produits que l’on peut trouver dans les allées de Chatuchak.
On peut cependant répertorier 11 catégories de produits :
Vêtements et Accessoires (aux sections 2-6, 10-26)
Produits artisanaux (sections 8-11)
Céramiques (sections 11, 13, 15, 17, 19, 25)
Fournitures et Articles de Décoration pour la Maison (sections 1, 3, 4, 7, 8)
Snacks et Boissons (sections 2, 3, 4, 23, 24, 26, 27)
Plantes et Jardinage (sections 3, 4)
Art et Galerie (section 7)
Animalerie et Accessoires pour Animaux (sections 8, 9, 11, 13)
Livres (sections 1, 27)
Antiquité (sections 1, 26)
Divers et vêtement d’occasion (sections 2, 3, 4, 5, 6, 22, 25, 26)
Note :
Nous tenons à attirer votre attention sur le fait qu’acheter des antiquités à Chatuchak nécessite quelques précautions et une expertise. Vérifiez bien que l’objet n’est pas endommagé. Ne vous fiez pas à ce que vous disent les vendeurs d’antiquités du marché. En cas de doute, il est préférable d’être accompagné d’un expert pour les achats d’objets antiques.

1

Le secteur des fleurs

Secteur des poissons

Au nord du marché, ce sont les restaurants qui sont regroupés
Des étals qui donnent des envies, et c'est délicieux

Quant aux fruits, jus ou frais...

Un type de transport écologique désormais disparu, dans de nombreuses villes.

Tuktuk, moyen rapide, polluant et bruyant.... pour les déplacements en ville
Attention, ils ne savent pas lire une carte, soyez vigilant avec le lieu de destination et SURTOUT, néogier avant le départ.
Trajet en ville 100 bahts pour 1-2 km

Un tram "pour touristes" dans le secteur du Grand Palais

La calendrier thailandais, ils sont en l'an 2560, nous en 2017  
Le calendrier lunaire thaïlandais ou calendrier Chantarakati
Source 1

Les mois

Comme tout calendrier lunaire qui se respecte, ce calendrier (dit Chantarakati) va compter douze mois (mois = duen) de 29 ou 30 jours (jour = wan) pour rester en phase avec les lunaisons.
Chaque mois commence au premier croissant visible après la nouvelle Lune. Il est divisé en deux grandes parties. La première (kuen) correspond à la période de Lune croissante (du tout premier croissant à la pleine Lune comprise) et compte toujours 15 jours. La seconde (ram) correspond à la période de Lune décroissante (jusqu'à la prochaine nouvelle Lune) et va compter 14 ou 15 jours selon la longueur du mois.
L'année va alterner des mois de 29 et 30 jours en commençant par un mois de 29 jours. Les mois de 29 jours portent le nom de Duen Khaad (signifiant mois incomplet) et ceux de 30 jours s'appellent Duen Tem (mois complet).

Les mois ne sont pas nommés mais simplement numérotés.
Le septième mois peut comporter 29 ou 30 jours.

Résumons tout cela sous forme de tableau en notant que le début de l'année se situe fin novembre/début décembre de notre calendrier grégorien
Rang Nom Nbre jours Grégorien Rang Nom Nbre jours Grégorien
1 Duen Ai 29 novembre/décembre 7 Duen Jed 29/30 mai/juin
2 Duen Yi 30 décembre/janvier 8 Duen Pad 30 juin/juillet
3 Duen Sam 29 janvier/février 9 Duen Kao 29 juillet/août
4 Duen Si 30 février/mars 10 Duen Sib 30 août/septembre
5 Duen Ha 29 mars/avril 11 Duen Sib-ed 29 septembre/octobre
6 Duen Hok 30 avril/mai 12 Duen Sib-Song 30 octobre/novembre

Les jours

Les jours du mois sont comptés en tenant compte du fait qu'ils appartiennent à la Lune croissante ou à la Lune décroissante. Ainsi, on va dire 4 ème jour de la Lune croissante ou 5 ème jour de la lune décroissante. Le 5 ème jour de la Lune décroissante correspond en fait au 20 du mois.
Certains jours portent des noms particuliers :

  • Wan Phen est le jour de la pleine Lune (Wan Kuen Sib-ha Kham = 15 ème jour de la Lune croissante)
  • Wan Dub est le dernier jour du mois (Wan Ram Sib-ha Kham s'il compte 30 jours ou Wan Ram Sib-si Kham s'il compte 29 jours)
  • Wan Phra : jours "saints" des moines bouddhistes qui se produisent 4 fois dans le mois : Wan Kuen Pad Kham (le 8), Wan Kuen Sib-ha ou Wan Phen (15 ème), Wan Ram Pad Kham (23 ème), et Wan Dub (dernier). En fin de compte, ce sont un peu nos dimanches.

La date dans le calendrier Chantarakati se présente sous la même structure que la notre (jour/mois/année) : jour de la Lune / Numéro de mois / Nom de l'année dans un cycle de 120 ans (nous y reviendrons).

Le début de l'année et l'époque du calendrier Chantarakati

A) Le début de l'année

Nous avons vu un peu plus haut que le début de l'année (à ne surtout pas confondre avec le Nouvel An dans la calendrier thaïlandais !!) se situerait fin novembre/début décembre. C'est vrai mais un peu trop simple.
En effet, dans certains royaumes de l'ancien Siam, l'année pouvait commencer 2 ou 1 mois plus tôt. Si on admet que fin novembre / début décembre peuvent être retenus, il est plus embêtant de constater qu'on ne sait pas trop quel événement (certainement astronomique ou astrologique, peut-être "agricolo-astronomique") permet de déterminer quel est le début de l'année et donc, du premier jour du premier mois.
Penchons nous un instant sur Songkran qui va peut-être nous mettre sur une piste qui vaut ce qu'elle vaut.
Songkran est le Nouvel An Thaïlandais traditionnel. Cette fête débute le 13 avril du calendrier actuel thaïlandais (et donc grégorien) et dure trois jours. La fête du 13 avril s'appelle Maha Songkran et marque la fin de l'année, le 14 c'est Wan Nao et le 15 est Wan Thaloeng Sok qui débute la nouvelle année.
Songkran est un mot thaïlandais qui signifie "changer d'endroit" qu'il faut interpréter comme le passage du Soleil de signe du Bélier dans le signe du Taureau dans le zodiaque tropical occidental (les Thaïlandais pratiquent le zodiaque sidéral). Ce changement de signe s'effectue au mois d'avril.
Il est fort probable, qu'avant de se retrouver au mois d'avril, le nouvel an thaïlandais était tout naturellement fêté au début de l'année lunaire et que ce devait être à l'occasion d'un "changement d'endroit" du Soleil. Dans ces conditions, on peut envisager que le début de l'année lunaire se produisait lors du premier croissant de Lune après que le Soleil fut passé du signe du Scorpion dans celui du Sagittaire.
Quant à la dérive du nouvel an du début de l'année lunaire au cinquième mois de cette même année, il serait la conséquence du passage de croyances bouddhiques à des croyances brahmaniques. C'est aussi certainement dû à un changement dans les habitudes agricoles lors de mouvements de migration depuis la Chine du Sud vers la Thaïlande centrale ou du Sud  : on ne laboure pas à la même époque dans le nord et dans le sud mais on aime bien conserver ses repères calendaires. Ce qui explique, par la même occasion, les différences, d'une région à l'autre, des débuts d'année que nous avons déjà évoqués.

B) L'époque du calendrier Chantarakati

Rappel : le point de départ d'une ère porte un nom qui est époque (en anglais epoch). Elle est utile pour connaître l'équivalent d'une date d'un calendrier dans un autre.
En ce qui concerne le calendrier lunaire thaïlandais, comme nous sommes face à des cycles d'années, il nous faut déterminer la date du calendrier grégorien qui correspondrait au premier jour du premier mois de la première année du premier cycle de ce calendrier.
La seule date que j'ai pu trouver est celle qui est utilisée dans le logiciel Universal Calendar Calculator diffusé par Cumberland Family Software. Ce logiciel est, à ma connaissance, le seul qui donne des conversions entre le calendrier grégorien et les calendriers thaïlandais. J'espère que cette page donnera des idées à mes compatriotes. Convertir des dates grégoriennes en dates thaïlandaises et vice-versa me semble plus judicieux que de donner l'équivalent Maya compte long de la date d'aujourd'hui.
Je vous livre donc l'époque que j'ai trouvée sous les plus expresses réserves : L'époque du calendrier Chantarakati correspondrait au 27 novembre 542 BC du calendrier julien.
Pour ma part, j'aurais plutôt fait débuter cette ère soit en 78 ap. J.-C. qui est la première ère (son nom est Mahasakarat) dont on trouve des traces dans les textes thaïlandais, soit en 638 ap. J.-C. qui correspond au début de l'ère Chulasakarat (abrégé CS) et qui devint l'ère "officielle" pendant le règne du roi Chulalongkorn. Mais peut-être existe-t-il des traces plus anciennes...

Jours et mois complémentaires du calendrier Chantarakati

Nous allons maintenant aborder un des problèmes majeurs de tout calendrier lunaire : comment rester en phase avec l'année tropique. Souvenons-nous qu'une année lunaire compte 354 jours 8 heures et quelques minutes contre 365 jours, 5 heures et quelques minutes pour l'année solaire.
Nous allons voir de près la méthode qui semble avoir été utilisée et qui porte le nom de "méthode bouddhiste"

INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS
.
La Grande Balançoire
ou Sao Ching-Cha
Informations pour la visite
Il n'y a pas de visite proprement dite, la grande balançoire se situe juste à côté du Wat Suthat, qui mérite le déplacement (voir ci-après)   
Pour y aller :
En face du Wat Suthat à 2 km en nord est du Wat Pho. Y aller en tuktuk ou à pied.
Histoire de la Grande Balançoire
Source 1
Source 2

Objet ou monument que l’on découvre la plupart du temps en se rendant au Wat Suthat, le Sao Ching-Cha est en fait une immense balançoire. Erigée en 1784 en bois de teck et vernis d’un rouge vif, elle était l’objet central d’une cérémonie bien singulière. En raison de sa dégradation, la mairie de Bangkok, la restaura en 2004 et la plaça à l’intersection de Bamrungmuang Road et Ti Thong Road – sa place actuelle en 2006.

                         

L’une des principales explications le plus souvent avancées pour comprendre l’utilité de cet objet est celle de la fonction récréative. En effet, il semble que juste avant la période des récoltes, était organisé un jeu où l’on devait se balancer le plus haut possible afin d’atteindre un sac rempli d’argent. Face à la balançoire, un poteau de plus de 20 mètres de hauteur était planté sur lequel on avait fixé le sac. Les candidats devaient donc prendre suffisamment d’élan pour pouvoir saisir le fameux sésame avec leurs dents. Tout autre membre disqualifié le candidat. On estime qu’ils devaient s’élever au moins à 25 mètres de haut. La chance de réussir était faible en rapport au danger de l’épreuve.


L’autre fonction, qui peut être également avancée, est celle liée à un rite ordalique. Il s’agit là de montrer sa capacité à dépenser des frontières, braver le danger afin de montrer toute sa vaillance à son groupe. Le rite ordalique est aussi employé dans certaines sociétés pour trancher une situation inextricable entre deux individus. Si par exemple, deux personnes étaient en désaccord sur une propriété et que le dignitaire, le représentant de la loi ou encore les sages ne pouvaient décider, ils s’en remettaient alors au destin, aux dieux. Là une épreuve dangereuse, aléatoire était annoncée et chaque protagoniste devait y répondre. Si l’un des participants mourrait (ce qui était pratiquement sûr) alors le dieu avait décidé qui avait raison et à qui était la propriété.

L’autre possibilité est qu’il s’agissait d’un rite initiatique, réservé uniquement aux plus jeunes… là nous en sommes au stade de l’hypothèse !
Dans tous les cas, ici, le jeu – récréatif, ordalique, initiatique – a été interdit en 1935 en raison du nombre d’accidents – bien souvent mortels – qu’il provoquait. Il ne reste maintenant que ce portique qui sert essentiellement de promontoire aux oiseaux de passage

INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS
.
Le Wat Suthat

Informations pour la visite
Entrée payante 20 baths
Pour y aller :
En face de la Grande Balançoire, au 2 km environ au nord est du Wat Pho. Y aller en tuktuk ou à pied.
Histoire du Wat Suthat
Source 1

Le Wat Suthat Thepwararam de Bangkok est l'un des six temples royaux de Thaïlande.
En 2005, il a été proposé à l'Unesco comme élément du patrimoine mondial de l'humanité (World Heritage Site).

Sa construction a été commencée par le roi Rama Ier en 1807 (2350 de l'ère bouddhique).
Elle a été poursuivie, avec les premières poses de décors, par le roi Rama II, qui a aidé à en sculpter les portes de bois.
Le temple a été achevé sous le règne de Rama III en 1847 (BE 2390).
Le portique que l'on peut voir devant le temple était un jeu à la base qui consistait à s'assoir sur une balançoire (qui n'apparait plus) et où l'on devait se balancer pour attraper des pièces d'or fixées sur un poteau devant le portique. Il y eut tellement de morts que le jeu fut arrêté
Le temple abrite une figure du Bouddha Phra Sri Sakyamuni ou "Sisakayamunee" importée de la province de Sukhothaï.
Sur la terrasse inférieure se trouvent 28 pagodons chinois signifiant que 28 bouddhas sont nés sur cette terre. Ces statues chinoises étaient ramenées car elles permettaient aux bateaux d'être stabilisés lors des traversées au cas où les butins étaient maigres. C'est ainsi que dans ce temple, nous trouvons de nombreuses reliques chinoises qui n'ont pas toutes été jetées


Pagodons chinois

Intérieur du Wat.

Gong

Tambour

Statue géante du Bouddha

La chapelle principale (wiham) de Wat Suthat abrite une belle statue en bronze de  8 mètres de haut du 13ème siècle de Bouddha, ramenée de Sukhothai

Le wiham est surtout important pour les fresques qui couvrent du sol au plafond ses murs (2.565 mètres carrés). Commencées sous le règne de Rama II elles ont été achevées sous le règne de Rama III vers 1850. Elles représentent 24 vies antérieures du Boudha, les Jakatas (il y a environ 547 récits de vies antérieures du Bouddha). Sur les colonnes sont représentées des scènes de la vie quotidienne au début de Bangkok (la colonne le plus proche de la porte représente des occidentaux venus au Siam). La restauration des fresques a commencé en 1980, leur détérioration est surtout due aux excréments de chauve-souris.

Source 1


Wat Indharavithan

Wat Indharavithan
Il y a plusieurs gares à Bangkok :
 
Site officiel des trains en Thaïlande : http://www.railway.co.th/
Téléphones depuis la Thaïlande pour infos diverses
02 222 0175 ou 02 621 8701


Gare de Hua Lamphong Railway Satation
  • A l’Ouest, la gare Bangkok Noi, elle est située non loin du Chao Phraya, juste en face du Grand Palais. C’est des 4 gares la plus petite et celle qui est la moins importante en termes de trafic.
  • Au Sud, la gare Wongwian Yai, qui privilégie quelques destinations en direction ou en provenance du sud du pays. Elle se situe non loin de la station Wongwian Yai du terminus de la ligne BTS. Elle est destinée à devenir une gare plus importante dans l’avenir avec la poursuite de la ligne du BTS.
  • Au Nord, la gare Bang Sue, qui vient d’être refaite. Là aussi, son trafic va s’intensifier dans les années à venir. Pour l’instant, elle ressemble plus à une coquille vide qu’à une vraie gare en pleine activité. Le quartier est en pleine mutation et la gare va jouer un rôle important dans les années à venir
  • Enfin, la gare qui centralise tout, qui distribue le plus de destinations : la gare Hua Lamphong. Très bien desservie par le métro (terminus), au cœur de la ville, à 100 mètres de China Town, elle est facile d’accès et offre de multiples services pour les voyageurs. Il faut dire que la très grande majorité des trains partent de cette gare, pour le nord et le sud, l’Est et l’Ouest… On y trouve tout autant des ATM, un service d’informations touristiques, la police touristique, des épiceries, un food cour, un hall gigantesque, … bref tout un tas de services qui vous faciliteront grandement la tâche. Si l’on doit prendre un train de nuit ou que l’on est obligé d’attendre, des cafés avec terrasses peuvent vous accueillir juste en face. On peut y faire l’apéro en entendant et tout en sachant que la vente et la consommation d’alcool dans les trains sont maintenant interdits.
AYUTHAYA
Informations touristiques / Sources :
Source 1
Source 2

La ville d’Ayutthaya, fondée en 1350, fut la deuxième capitale du royaume de Siam. Entre le XIVe et le XVIIIe siècles, cette cité florissante devint l’une des agglomérations les plus grandes et les plus cosmopolites du monde, ainsi qu’un centre mondial de la diplomatie et du commerce. Ayutthaya était construite sur une île entourée de trois fleuves la reliant à la mer, à un emplacement stratégique, au-dessus de la barre du golfe de Siam, qui la mettait à l’abri des attaques de navires de guerre étrangers. Cette position la protégeait également des inondations saisonnières.
La ville fut attaquée et rasée en 1767 par l’armée birmane, qui en chassa ses habitants. Elle ne fut jamais reconstruite au même endroit et ses ruines constituent aujourd’hui un vaste site archéologique.
Ce site inscrit au Patrimoine mondial se trouve sur le territoire du district de Phra Nakhon Si Ayutthaya, dans la province de Phra Nakhon Si Ayutthaya. Sa superficie est de 289 hectares.
Ancien centre urbain florissant, Ayutthaya présente aujourd’hui un ensemble de vestiges caractérisé par ses prangs (tours reliquaires) et ses monastères bouddhistes aux proportions gigantesques qui donnent une idée de la dimension passée de la ville et de la splendeur de son architecture.
Bien connu par les sources et cartes contemporaines, le plan d’Ayutthaya répondait à un strict quadrillage de routes et de canaux entouré de douves. Tirant parti de la situation de la ville an centre de trois fleuves, son réseau d’adduction d’eau unique au monde était d’une technologie très avancée.
Idéalement située en haut du golfe de Siam, à égale distance de l’Inde et de la Chine et suffisamment en amont pour résister aux puissances arabe et européenne alors en expansion dans la région, la ville était elle-même en train d’asseoir et d’étendre sa puissance en occupant le vide laissé par la chute d’Angkor. Elle devint ainsi un véritable centre économique et commercial à l’échelle régionale et mondiale, et une passerelle entre l’Orient et l’Occident. La cour royale d’Ayutthaya échangeait des ambassadeurs dans le monde entier, notamment à la Cour de Versailles en France et à la Cour Mughal à Dehli, comme avec les cours impériales de Japon et de Chine. Le gouvernement employait des étrangers et d’autres vivaient dans la ville à titre personnel. En aval du palais royal se trouvaient des enclaves de négociants et missionnaires étrangers, chaque bâtiment possédant son propre style architectural. Les influences étrangères étaient donc nombreuses dans la ville et les ruines d’Ayutthaya ont gardé la trace de cette diversité artistique et architectonique.

L’école artistique d’Ayutthaya témoigne de l’ingéniosité et de la créativité de la civilisation locale mais aussi de sa capacité à assimiler une multitude d’empreintes étrangères. Les grands palais et monastères bouddhiques construits dans la capitale, par exemple le Wat Mahathat et le Wat Phra Si Sanphet, attestent d’une vitalité économique et de prouesses techniques en même temps qu’ils incarnent une tradition intellectuelle. La décoration de tous les bâtiments a fait appel aux meilleurs artisanats et arts muraux, mêlant de manière éclectique les styles traditionnels issus de Sukhothaï, hérités d’Angkor et empruntés aux XVIIe et XVIIIe siècles japonais, chinois, indien, perse et européen, expression riche et unique d’une culture cosmopolite à l’origine de la fusion des styles artistique et architectural de la future ère Rattanakosin et des époques qui suivront.

Lorsque la capitale du royaume restauré fut déplacée en aval et une nouvelle ville construite à Bangkok, c’est le modèle urbain et le style architectonique d’Ayutthaya que l’on chercha à reproduire. Beaucoup d’architectes et de maçons d’Ayutthaya travaillèrent alors à l’édification de la nouvelle capitale. Cette volonté de reproduction renvoie à la philosophie urbanistique des nombreuses villes du monde qui tendent à la perfection de la ville mythique d’Ayodhaya. En Thaïlande, le nom officiel de la capitale Bangkok contient encore l’appellation « Ayutthaya ».

Le premier souverain d'Ayutthaya, le roi Ramathibodi I, apporte deux contributions importantes à l'histoire de la Thaïlande : l'établissement et la promotion du bouddhisme theravāda comme religion officielle, pour différencier son royaume du royaume hindou voisin d'Angkor, et la compilation du Dharmashastra, un code légal basé sur des sources hindoues et des coutumes thaïes traditionnelles. Le Dharmashastra est demeuré un instrument de la loi thaïe jusqu’à la fin du XIXe siècle.
Ayutthaya a des contacts avec l'Occident, à commencer par les Portugais au XVIe siècle. Mais jusque dans les années 1800, ce sont ses relations avec les nations voisines comme l'Inde et la Chine qui sont primordiales. Ayutthaya contrôle un territoire considérable, allant des royaumes du nord de la péninsule Malaise aux États du nord de la Thaïlande. Néanmoins, les Birmans, qui contrôlent le royaume de Lanna et ont également unifié leur royaume sous une dynastie puissante, lancent plusieurs tentatives d'invasion dans les années 1750 et 1760. Finalement, en 1767, les Birmans attaquent la ville d’Ayutthaya et la conquièrent. La famille royale fuit la ville où le roi meurt de faim dix jours plus tard, marquant la fin de la lignée royale d'Ayutthaya.

INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS :
  • Situation :  Situé à 80 km au nord de Bangkok. Trajet 1h30 à 2h.
  • L'hébergement :  Hôtel : Baan Bussara 51 euros = 1900 THB pour 3 nuits. E-mail : meboonrod@hotmail.co.th
    64/14 Soi Bua Wan, Bang Ian Rd, T.Horattanachai, Muang Phranakorn Si Ayutthaya13000 Phra Nakhon Si Ayutthaya. Téléphone : +66 86 344 6186. Cette GH est très bien, nous la recommandons. Toutefois un peu loin du centre historique (800m). Mais à pied, même le soir il n'y a pas de problème. 
  • La restauration : De nombreux petits restaurants. Un point très sympa concernant la restauration, le soir dans la rue Bang Ian sur plus d'1 km, il y a une myriade de petits restos de rue. On y mange de tout, même des sauterelles ... nous avons testés, c'est croustillant (20 bahts l'assiette). Nous dînons généralement au restaurant Malakor, très bien et pas cher, en face du Wat Ratcha Burana. De nombreux touristes, mais coin vraiement agréable. Autrement un autre resto très sympa et très apprécié, situé à la fin de la rue Bang Ian, avant le parc historique. Il fait l'angle avec la rue Bang Ian et Chikun Alley, le début des restos de rue dont on parle ci avant.           
  • Les points particuliers que nous avons faits
  1. Le Visitor Center (TAT = Tourist Autority of Thailand) - Exposition gratuite et sympa sur la ville
  2. Le Wat Phra Ram (entrée gratuite), mais sans doute pas tout le temps !
  3. Le Wat Phra Si Sanphet (entrée gratuite)
  4. Le Wat Lokkaya Suthatra (entrée grauite)
  5. Le Wat Tuek (entrée gratuite)
  6. Le Wat Thammikkarat (entrée 20 bahts)
  7. Le Wat Ratcha Burana (entrée 50 bahts, mais gratuit le jour de notre visite)
  8. Le Wat Mahan That (entrée 50 bahts, mais gratuit le jour de notre visite)
  9. Le Wat Suwandara ram Ratchaworwjhan
  10. Le Wat Phananchoeng Worawihan
  11. Le Wat Phuttaisawan 
  12. Le Wat Chai Wattham Ram
  13. Le marché flottant : Nous ne l'avons pas fait et il ne mérite aucun intérêt ; payant (200 bahts) et piège à touristes
  • Les déplacements : Les déplacements se font principalement à pied pour bien profiter des sites. Mais être bien chaussé et prendre de l'eau dans un petit sac à dos. Les distances sont tout de même grandes. Autrement, l'une des solutions est de louer un vélo (souvent gratuit par la GH, mais peu cher 50 à 100 bahts / jour)  
  • Autres informations : Il y a deux banques dans la rue Naresuan road (2ième rue parallèle à la rue Bang Ian Rd). Attention, le Visitor Center n'est plus comme indiqué dans les cartes, mais c'est un immeuble blanc à 100m à gauche de l'ancien Visitor Center (TAT). Il y a une salle d'exposition avec un diaporama très bien fait sur l'histoire et ce qu'il faut voir à Ayutthaya.  
  • Arriver et quitter :   
  1. Bus depuis Bangkok pour Ayutthaya, toutes les 1/2 heures durée 2 heures de Morchit terminal (BGK)
  • Train depuis Bangkok pour Ayutthaya, de la gare de Hua Lamphong à Bangkok
    Train 211 départ 12h55 arrivée 14h30 De Hua Lamphong (BGK)
    Nous prendrons un tuktuk à 8h30 pour prendre le train à la gare de Hua Lamphong,  pour Ayutthaya.  Départ GH à 8h en tuktuk pour la gare de Hua Lamphong 100 bahts.
  • Train à  9h30 pour Ayutthaya 15 bahts / pers arrivée prévue à  11h30
    Train arrivé avec 1h d’avance,  pas de place attitrée,  donc  anticiper si vous ne voulez pas voyager debout !

  • Arrivée à Ayutthaya : Arrivée à la gare d’Ayutthaya, la rue d’en face mène à un petit embarcadère pour passer la rivière 5 bahts par pers. Cela évite de faire le tour par le pont (à 800 - 900 m)

  • Départ pour Pak Chong : Nous partons à 7h pour prendre le bac en face de la gare. Nous prendrons le train 135 à 8h26, les places sont numérotées (83 bahts / personne). Arrivée vers 19h52. 

Plan de la ville historique d'Ayutthaya
 
TAT Ayutthaya. Il se trouve à 100m à gauche de l'ancien TAT (encore visible sur les cartes et google !)
Une salle d'exposition avec diaporama sur Ayutthaya

Bateau bac qui traverse la rivière, là aussi c'est le Chao Phraya !

Prendre le bateau bac, la rue en face de la gare. 5 bahts le passage, mais cela évite de faire le tour par le pont à 800m et de payer un tuktuk qui ne manquera pas de vous proposer sa prestation ! à 100 bahts, voire plus si non négocié

Autour du parc historique, promenade à dos d'éléphant...

Elephant devant le Wat Phra Ram
INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS
.
Le Wat Phra Ram 
(วัด พระราม)

Informations pour la visite
Entrée gratuite
Pour y aller :
Il se trouve au nord du parc historique, près du TAT (Visitor Center).
Histoire du Wat Phra Ram
Source 1
Wat Phra Ram a été construit en 1912 BE par le roi Ramesuan au site de crémation de son père, le roi Uthong. Depuis qu'il a régné initialement seulement pendant un an, il est supposé que la construction a été accomplie par ce roi successeur Borom Rachathirat I, ou par le roi Ramesuan pendant son deuxième règne. Le temple a été restauré quelques fois au cours des siècles suivants, sous le règne du roi Borom Trailokanath, et plus tard par le roi Borom Kot en 2284 BE Les maisons du temple abritent un grand prang et beaucoup de chedis. Devant le temple, il ya un grand étang autrefois appelé 'Nong Sono', maintenant Bung Phra Ram. La terre a été creusée à ce site, pour la construction de temples environnants (Wat Mahathat, Wat Ratchaburana, l'ancien Palais Royal).

Vue sur le Wat Phra Ram

A l'intérieur du parc du Wat Phra Ram
INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS
.
Le Wat Phra Si Sanphet

Informations pour la visite
Entrée gratuite. Répertorié à l'UNESCO
Pour y aller :
Il se trouve à côté du Wat Phra Ram 
Histoire du Wat Phra Si Sanphet
Source 1

Le Wat Phra Si Sanphet est un temple bouddhiste d'Ayutthaya, ancienne capitale royale de l'actuelle Thaïlande. Il servait de temple royal, car bien qu’enclos dans une cour particulière, il était à l’intérieur de l’enceinte du Wang Luang, immédiatement au sud du palais royal d’Ayutthaya. Sa position était donc semblable à celle du Wat Phra Kaeo par rapport au Palais royal de Bangkok.

Ce temple, le plus important d’Ayutthaya, a été fondé au XVe siècle par le roi Borom Traï Lokanat et embelli par ses successeurs. En 1500, le roi Rama Thibodi II (สมเด็จพระรามาธิบดีที่ ) plaça dans l’un de ses sanctuaires une image du Bouddha en bronze recouverte de plaques d’or, de 16 mètres de haut qu’il appela « Phra Si Sanphet », de là le nom du wat

Pour comprendre le plan de l’édifice, assez complexe, il est préférable de l’aborder par l’est du côté de l’entrée principale. La première enceinte à laquelle s’adossaient des bâtiments entourait une très vaste cour intérieure dans laquelle se trouvaient de nombreux Chedis dont beaucoup sont encore debout. Au centre, face à l’entrée, se dressent les ruines d’un grand sanctuaire dont le toit était soutenu par des piliers de briques et dont les murs latéraux étaient bordés à l’extérieur de galeries de colonnes. À droite et à gauche, deux chapelles moins importantes jouxtent. Celle de droite, mieux conservée, est divisée en deux par un mur intérieur ; celle de gauche devait être un sanctuaire royal puisqu’il est entouré des pierres de fondation doubles qui sont de rigueur en ce cas. Le centre du Wat Phra Si Sanphet est occupé par un cloître en ruines au milieu duquel s’élèvent trois Chedis popularisés par la photographie. Ces Chedis en forme de bol renversé, couronnés de flèches annelées ont une silhouette élancée. Ils ont été malheureusement restaurés et blanchis d’une façon assez maladroite. Entre ces Chedis se trouvaient des constructions moins hautes dont il ne reste que les assises. Au delà du cloître, dans la cour extérieure, à l’ouest du groupe central de Chedis, un sanctuaire moins important fait pendant à celui de l’est dans l’axe principal du temple.

Le Wat Phra Si Sanphet contenait de précieuses images du Bouddha. Celle qui lui a donné son nom fut dépouillée de sa couverture d’or par les Birmans et laissée dans un tel état de ruine que le roi Buddha Yodfa Chulalok (Rama Ier) ne pouvant la restaurer, la fit transporter à Bangkok et murer dans la structure du Chédis Si Sanphet du Wat Pho (ou « Temple du Bouddha couché »). Le Phra Lakanat a été placé dans la Phuttha Sihing dans le Wat Phtthaïsawan du palais de Bangkok où se trouve actuellement le musée national.


INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS
.
Le 
Wat Lokaya Sutha
 วัดโลกยสุธาราม
Informations pour la visite
Entrée gratuite. 
Pour y aller :
Il se trouve dans l'enceinte du parc historique
Histoire du Wat Lokaya Sutha
Source 1
Le Wat Lokayasutharam ( Thai วัด โลก ย สุธา ราม - Temple de la Terre, une autre notation: "Wat Lokayasutha", également connu sous le nom "Wat Phra Non", thaï: วัด พระ นอน - Temple de repos Bouddha) est un complexe de temple bouddhiste ( Wat ) dans Ayutthaya Parc historique en Thaïlande centrale .
Le Wat Lokayasutharam situé dans le nord - ouest de l'île d'Ayutthaya, sud - ouest du "Vieux Palais" ( Wang Luang ) et à l' ouest de Wat Phra Sri Sanphet , au - delà du Khlong Tho. 

L'énorme inclinables statue de Bouddha est l'attraction principale de ce temple. Il est à environ 40 mètres de long et 8 mètres de haut et est faite de briques et de mortier . La statue est pas comme d'habitude dans la direction est-ouest, mais dans la direction nord-sud. La tête repose sur quatre Lotus Buds et est soutenu par la main droite.

A l' origine, la statue était probablement dans un viharn , mais ce ne sont que les fondations de 24 octogonaux piliers pour voir.

La statue a été construite en 1954 par le Département des Beaux - Arts (environ: Académie des Arts) restauré les moyens ont fait don du boissons alcoolisées Factory. En 1989, la statue de la famille de l'ancien était premier ministre Thawal Thamrong Navaswadhi rénové en son honneur à nouveau.

Sur la zone du temple, les fondations d'un sont également Ubosot voir aux quatre coins ont chacun un Chedi stand. Autour de la galerie Ubosot (était Phra Rabieng ) organisé par les aussi que les fondations à deviner. Le Département des Beaux - Arts Thai a en fouilles têtes de statues de Bouddha en grès trouvés aujourd'hui dans le Musée National de Chao Sam Phraya sont.

Il fait partie du groupe de temples derrière le Wat Mongkhon Bophit, après la rivière. Juste après le Wat Woratcheta Ram, c'est surtout son immense Bouddha couché, restauré en 1954 qui vaut le détour.

INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS
.
Le 
Wat Tuek (วัด ตึก)
Informations pour la visite
Entrée gratuite. 
Pour y aller :
Il se trouve dans l'enceinte du parc historique 
Il y a deux salles de sermon in situ à Wat Tuek. L'ubosot contient environ une douzaine statues exposées à l'autel. Il y a aussi deux statues de moines près de l'entrée d'ubosot. La deuxième salle du sermon est un vihan contenant des statues de soudage à l'épée et quelques tableaux du roi Sua. Quelques images de Bouddha peintes en or dans diverses poses peuvent également être vus. À côté d'une statue du roi Sua, il y a des images de soldats et d'éléphant qui ont été partiellement recouverts de feuilles d'or. 



INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS
.
Le 
Wat Chai Watthana Ram
Informations pour la visite
Entrée payante, mais gratuite lors de notre passage. 
Pour y aller :
Il se trouve hors de l'enceinte du parc historique, au nord est, de l'autre coté du Chao Phraya. Prendre le pont à pied ou en tuktuk, mais aussi possibilité de prendre un bac. C'est assez loin 4-5 km du Wat Pho 
Histoire du Wat Chai Watthana Ram
Source 1
Source 2
Le Wat Chai Watthanaram (thaï : วัดไชยวัฒนาราม) est un des plus célèbres temples bouddhistes de la ville historique d'Ayutthaya, en Thaïlande. Premier temple érigé sous le règne de Prasat Thong, il fut construit en 1630 en hommage à la mère du roi. Situé sur les rives du Chao Phraya, sa construction a probablement duré près de vingt ans.
Ce Wat a une forte ressemblance avec Angkor Wat au Cambodge.
Le Wat Chaiwatthanaram est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO. Edifié vers 1630 par le roi Prasat Thong, son nom signifie littéralement "Temple de l'ère longue et glorieuse". D'une architecture symbolique typique, il est dominé par un prang khmer de 30 mètres de hauteur, symbolisant le centre de l'Univers. Tout autour, diverss plateaux carrés de hauteurs différentes, sur lesquels s'élèvent 8 chedis. A l'époque site de 1er plan, le temple était le lieu de cérémonies bouddhiques royales
En circulant dans les galeries qui font le tour de cette plateforme, on peut compter 120 bouddhas, tous étêtés. Ils le furent sans doute au cours des guerres thaïo-birmanes du XVIIIè siècle, mais aussi  après la désertion du site consécutive au sac d' Ayutthaya en 1767. La vente de briques et d'objets d'art était alors assez courante, et des plus grandes beautés du site, il ne reste que de rares vestiges. Ce n'est qu'en 1987 que la restauration du temple débuta, et il fut réouvert au public en 1992.
Symbole de la puissance du royaume antique, ce site culturel est souvent visité par des groupes scolaires, et tout comme à Phimai, nous croiserons des troupes d'enfants en uniformes, dont les mines hilares nous saluent de grands "Sawadee" (Bonjour!) et de "Farangs! Farangs!" (Etrangers occidentaux) purement amicaux.
Quelques semaines plus tard, nous verrons sur nos téléviseurs le Wat Chaiwatthanaram les pieds dans l'eau. Certes, ces inondations sont récurrentes, dues aux crues annuelles du fleuve alimenté par les eaux venues du Nord et du Nord-Est, et la proximité du temple avec le fleuve en fait une victime toute désignée. Mais cette fois-ci, leur niveau et leur étendue resteront sans aucun doute dans les annales. 
Après le retrait total des eaux, les petites mains de Thaïlande se mettront rapidement au travail, mais le temple sera un des derniers réouverts au public.
Quant aux experts des Beaux-Arts, leurs analyses mettront en évidence un nouveau danger qui menace les fondations: la prolifération de champignons et moisissures, consécutive à la montée des eaux.

Reproduction du Wat
INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS
.
Le 
Wat Phanan Choeng
Informations pour la visite
Entrée gratuite. 
Pour y aller :
Il se trouve hors de l'enceinte du parc historique. Coté sud au bord de la rivière Pa Sak et Chao Phraya. Longez la voie de chemin de fer.
Histoire du Wat Phanan Choeng
Source 1
Construit en 1324, environ 26 ans avant la fondation officielle de la ville d'Ayutthaya, le temple doit avoir été partiellement relié aux premiers établissements de la région. Il s'agit notamment d'une communauté de 200 réfugiés de la dynastie Song de Chine . Le grand wihan , le bâtiment le plus élevé dans le complexe du temple, abrite un immense bouddha doré de 19 mètres de haut assis à partir de 1334 CE. Cette statue de Bouddha très vénérée est appelée Luang Pho Tho ( Thai : หลวง พ่อ โต ) par Thaïlandais , et Sam Pao Kong ( Thai : ซำ เปา ก § ) par thaï-chinois .La statue est considérée comme un gardien pour les marins . Avant la destruction d'Ayutthaya par les birmans en 1767 CE, "les larmes coulaient des yeux sacrés au nombril sacré" . La statue a été restaurée plusieurs fois dans l'histoire.Le roi Mongkut a nommé la statue Phra Puttha Thrai Ratana Nayok après sa restauration en 1854 CE.
Les offrandes et prières font partie du quotidien des thaïs.
En haut, ce sont des billets qui sont accrochés à des branches
A gauche se sont des fleurs
Mais aussi, bâtons d'encens, et nourriture, cette dernière fait le bonheur des chiens et des singes.


INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS
.
Le 
Wat Thamminkkarat 
Informations pour la visite
Entrée gratuite. 
Pour y aller :
Il se trouve dans l'enceinte du parc historique, près du Wat Maha That et du Wat Ratcha Burana
Histoire du Wat Thamminkkarat
Source 1
Wat Thammikarat ou Wat Thummikarat, vous trouverez les deux orthographes sur les panneaux. Non loin du Wat Si Sanphet, près du bord de la rivière. Il possède plusieurs bâtiments de diverses époques dont un dont il ne reste que les murs. Ni son chedi de briques entouré de singha, ni son emblématique énorme tête de bronze ne sont les vrais trésors de ce temple qui joue souvent les seconds rôles dans les programmes de visites. En effet, quasiment en face, se trouve un bâtiment sans fioriture en rénovation (à droite du chedi) abritant un charmant Bouddha couché doré qu'étonnament le guide de référence sur la Thaïlande ne mentionne pas. Ajoutez une statue du roi Naresuan et ses coqs et un wihaan plus récent et vous avez fait le tour du Wat Thammikarat

Les fidèles écrivent leurs voeux, à la craie, sur ces plaques de terre cuite

Un temple dédié aux coqs ! !
C'est aussi l'année du Coq

L'emblême du Wat, son énorme tête de Bouddha en bronze

Symbole du voyage dans l'au-delà
INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS
.
Le 
Wat Maha That
Informations pour la visite
Entrée 50 bahts. 
Pour y aller :
Il se trouve dans l'enceinte du parc historique
Histoire du Wat Maha That
Source 1
Source 2
Le Wat Phra Mahathat, situé dans l’ancienne ville d’Ayutthaya, est probablement le monument le plus visité de l’ancienne capitale en ruines. Célèbre pour la quantité d’œuvres et de curiosités, le Wat Phra Mahathat est particulièrement connu pour la tête de Bouddha enchevêtrée dans les racines d’un grand arbre.
Selon la légende construit en 1384 par le Roi Rachatirat pour abriter une relique du Bouddha, il est plus probable qu’il ait été construit par le Roi Boromaraja quelques années plus tard. Le Wat Phra Mahathat est un des temples les plus anciens d’Ayutthaya et possède le prang (terme qui désigne dans l'architecture religieuse de Thaïlande un type particulier de tour sanctuaire) le plus ancien de la ville
Ce prang a été détruit une première fois en 1625 puis reconstruit quelques années plus tard. De nouveau effondré par la suite, seule sa base a subsisté au fil des siècles. Fortement touché par l’attaque birmane de 1767, tout comme l’ensemble de la ville, le Wat Phra Mahathat a été presque entièrement détruit par les Birmans. Souhaitant écraser Ayutthaya avec acharnement, ils ont quasiment décapité toutes les statues de Bouddha qui se trouvaient sur leur chemin. De là, vient sans doute la curiosité la plus remarquable du Wat Phra Mahathat, le « Bouddha dans les racines ». 
La légende raconte que lorsque les Birmans ont décapité tous les Bouddhas, une des têtes aurait roulé jusqu’aux racines d’un arbre qui l’aurait recueillie dans ses racines. Aujourd’hui, enchevêtrée dans les racines de l’arbre, la tête de Bouddha est sacrée, elle est vénérée par les Bouddhistes et des moines veillent toujours à ce que l’on respecte les consignes lorsque l’on désire se prendre en photo à côté de la tête. En effet, il ne faut pas être plus haut que la tête de Bouddha, il vaut mieux être assis sur vos genoux en signe de respect. Endroit incontournable lorsque l’on visite le site d’Ayutthaya, le Wat Phra Mahathat est particulièrement remarquable pour son Bouddha entre les racines mais également pour l’atmosphère que dégage cet ancien temple en ruine.
INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS
.
Le 
Wat Ratcha Burana
Informations pour la visite
Entrée 50 bahts. 
Pour y aller :
Il se trouve dans l'enceinte du parc historique à coté du Wat Maha That
Histoire du Wat Ratcha Burana
Source 1
Source 2
Le Prang se dresse sur une base carrée de 48 mètres de côté, au centre d’un vaste espace (152 x 208,50 mètres), aligné selon un axe Est-Ouest. Comme pour le Wat Mahathat une maquette à l’entrée du site vous permettra de mieux imaginer le site avant sa destruction par les birmans
Le Wat Ratchaburana a été construit sous le règne de Chao Sam Phraya (1424-1448), aussi appelé Borom Rachathirat II, sur le lieu de crémation de deux de ses frères plus âgés, Chao Ai et Chao Yi, morts tous les deux lors d’un combat à dos d’éléphants dans une lutte pour le trône après la mort de leur père le Roi Phra Nakhon In en 1414.
Le prang, bien conservé, a une structure à 3 portiques orientés vers l’Est, le Nord et le Sud, l’Ouest est de mauvais augure. A la base des sculptures de Naga et de Garuda sont encore visibles.
Dans le prang, deux petites chambres ont été découvertes sous la chambre principale. Une est à mi- niveau entre la chambre principale et le sol, alors que la seconde est au niveau du sol.
La chambre supérieure est une pièce de 3 mètres carrés, avec des fresques délavées mais des représentations de personnages chinois et des caractères chinois sont visibles.
La seconde au niveau du sol est si petite qu’une seule personne peut y entrer à la fois. Les fresques délavées mais visibles représentent Bouddha, des arbres, des oiseaux et des traces de dorure.
Le nombre de visiteurs mais aussi la restauration du prang ne permettent plus aujourd’hui de visiter ces deux chambres.
Un grand nombre d’objets royaux en or ont été trouvés dans les deux chambres, dont un sabre de la victoire, 115 centimètres de long, avec un fourreau décoré de pierres précieuses et une poignée en cristal dorée et incrusté aussi de pierres précieuses.
On a trouvé aussi plusieurs petits ustensiles en or, une réplique des signes régaliens royaux, une petite divinité portant un sabre, un service à bétel, de la vaisselle, et des figurines humaines et d’animaux de bon augure.
Mais le plus remarquable est un éléphant en or couché, paré pour une cérémonie, portant des fleurs dans sa trompe.
Il y avait également des bijoux (boucles d’oreille, colliers, bracelets) et des amulettes. Une des pièces retrouvées plus surprenante est une parure de tête pour homme. Une autre est comme une casquette plate tissée.
Un reportage de National Geographic sur le pillage du trésor de ce Wat et les fantasmes sur la malédiction qui a pesé sur les voleurs :
Wat Racha Burana a été initialement construit comme un prang entouré d’une galerie couverte. Plus tard la structure monastique a été élargie avec un vihara et un ubosot (hall d’ordination) dans un axe est-ouest. Le vihara est devenu en partie incorporé dans la galerie, tandis que la salle d’ordination était isolée sur le côté ouest. Le monastère était entouré d’eau, ce qui représente symboliquement les océans qui entourent le mont Meru (représenté par le prang).
Seuls les murs et les fondations restent du vihara royal. L’entrée principale était à l’est, menant à un porche surélevé. La structure pouvait également être accessible par différentes entrées sur les côtés. Les murs étaient sans fenêtre, ayant des ouvertures seulement faites de fentes verticales pour la ventilation, et éclairant l’intérieur.
INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS
.
Le 
Wat Yai Chai Mongkhol
Informations pour la visite
Entrée 20 bahts. 
Pour y aller :
Il se trouve en dehors de l'enceinte du parc historique du même coté de la gare ferroviaire, à 2 km 
Histoire du Wat Yai Chai Mongkhol
Source 1
Pour nous, le Wat Yaï Chaï Mongkon ( ou Mongkhol, on trouve les deux orthographes ) est assurément l'un des plus beaux temples de Thaïlande. Un chedi avec de chaque côté un grand bouddha de pierre assis au visage souriant, le tout entouré d'une enceinte carrée avec des statues de bouddhas toutes différentes qui font le tour du bâtiment et un petit jardin à l'arrière sans oublier le grand bouddha couché un peu plus loin. C'est un temple où il règne une incroyable impression de sérénité et de calme On s'y sent bien et on a envie d'y rester. Nous vous conseillons de vous y rendre dés l'ouverture le matin ( vers 8h30 ), vous aurez très certainement le temple pour vous tout seul ou presque.
Wat Suwandaram Rajawara

Représentation d'un bateau pour le voyage dans l'au-delà

Vue sur le parc, de nombreux étangs parmi les Wat's

Le Baniann , arbre sacré

Vendeuse de "crêpes" locales

Tous les soirs, la rue Bang Ian est investie par de petits marchants de nourriture. Il y en a pour tous les goûts.

Pattes de poulets

Poisson grillé

Sauterelles grillées

Bus local

Horaires des bus
De nombreux agences de transport... vous avez le choix des compagnies, horaires et prix.
Ayuthaya - Bangkok = 39 bahts pour 2 personnes

Petits ponts pour traverser le Chao Phraya

Varan, ils y sont nombreux

Ecureuil
PAK CHONG - Parc KHAO YAI
INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS :
  • Situation: Située à environ 100 km au nord est de Bangkok, c'est l'un des points d'entrée pour visiter le Parc National de Khoa Yai. 
  • L'hébergement : Nous avons trouvé une GH Maleena Garden à 600 baths la nuit. 366, Mittraphap road, Tel +66 85 770 94 56. Le propriétaire est très sympa, mais le logement très moyen, un peu loin du centre ville mais proche d'un 7Eleven (super marché en Thailande)   
  • La restauration: Dans le secteur quelques restaurants, mais plutôt chinois.
  • Les déplacements
  1. Dans Pak Chong : A pied, mais la ville est très étendue, il n'y a pas de tuktuk, mais des bus que l'on hèle sur le bord de la route. 
  2. Dans Khao Yai : C'est le parc, donc à pied, à moins que vous soyez motorisé !
  • Les points particuliers que nous avons faits : 
  1. Le parc National de Khoa Yai
  • Arriver et quitter : Pour faire Ayutthaya - Sukhothai ; le bus est le plus pratique, mais des trains partent de Bangkok - Chiang Mai et s'arrête à Phitsanalok, (il n'y a pas de gare ferroviaire à Sukhotthai). Puis prendre soit un taxi, soit un bus (80 km). Nous avons préféré le bus de Ayutthaya pour Sukhothai. Nous avons négocié avec la GH un package pour 410 baths / personne départ de la GH. Il n'y a pas de gare routière proprement dit à Ayutthaya, mais des petites agences situées en dehors de la ville (5 à 8 km), donc pas facile à trouver. Mieux vaut passer par le GH pour réserver, facile et pas de stress pour un même prix. Arrivé à New Sukhothai, il faut rejoindre Old Sukhothai, à la gare routière se regrouper pour avoir un tuktuk (100 bahts / pers, nous étions 5 personnes)
  • Nous quitterons Sukhothai en bus 319 bahts / personne. Départ 7h30 et arrivée à Bangkok Mochit à 15h00.
  • POUR LE PARC KHAO YAI : Possibilité de loger dans le parc, des campings et aussi des bungalows. A la haute saison et les week-end, c'est réservé et pris d'assault car Bangkok est très proche. Pour réserver un bungalow dans le parc. Deux options : aller au Visitor Center et voir avec les dispos, mais cela oblige à entrer dans le parc et de payer une entrée 400 bahts. Ou réserver en ligne et payer, à la suite de quoi vous avez un voucher : Réservation Khao Yai c'est un peu compliqué.   
  • Pour aller de Pak Chong au Parc de Khao Yai (situé à 44 km). Des camions de 40 places partent du centre ville sur la route principale près de la gare ferroviaire, et non, à côté du 7Eleven, comme indiqué dans certains guides. Prix 40 bahts / pers. Attention, pour le retour, le dernier bus part de Khao Yai à 15 h. Autre option, prendre un taxi. La route se termine à l'entrée du Parc. L'entrée est de 400 bahts. Le visitor center est à 14 km de l'entrée du parc. Donc si vous n'êtes pas motorisé... dur dur. MAIS, les très nombreux pickups qui passent à l'entrée vous prendrons sans aucune difficulté pour l'aller comme pour le retour (ici l'auto-stop ça fonctionne !). Nous avons pratiqué.  
  • Les treks sont très faciles tout au moins pour ceux qui sont balisés. Prendre un guide ne se justifie (à notre avis) pas. C'est balisé, indiqué et très bien tracé, au Visitor Center ils donnent des cartes simples mais suffisantes.
  • Quant aux animaux, dont on parle beaucoup... c'est un vrai parc sauvage et très grand, voir des éléphants tient du hasard, malgré toutes les images et vidéos sur le web. Par ailleurs les saisons "séches" pour touristes ne sont pas favorables à l'observation des animaux. Mais il y a des singes, des cerfs et des oiseaux.  
  • Dans les guides, on recommande de faire attention aux sangsues, oui quand il y a de l'eau. On voit au visitor center, les touristes qui achètent des guêtres pour se protéger des sangsues  ! ! business is business
Informations touristiques / Sources :
Histoire de Khao Yai
Source 1

D'une superficie de 2 168 km² pour approximativement 80 km de longueur est-ouest, le parc se trouve essentiellement dans la province de Nakhon Ratchasima, avec une petite partie dans celles de Saraburi, de PrachinburiNakhon Nayok.
Il est constitué de trois types de forêts, de prairies et de monts supérieurs à 1 000 mètres d'altitude. Khao Khiaw est le plus connu d'entre eux. Le plus haut sommet est le Khao Rom (1 351 m). Plusieurs chutes d'eau s'y trouvent, dont la chute de Haew Narok.
La route reliant Pak Chong à Prachinburi traverse le parc. Une courte route secondaire relie cette route principale à Khao Khiaw, une autre à la chute de Hiaw Suvat. Les entrées du parc sont marqués par les « checkpoints », destinés à contrôler les véhicules et leur contenu.
Le parc comprend une dizaine de parcours de randonnée d'une longueur de 2 à 8 kilomètres chacun. Enfin, deux tours destinées à l'observation de la faune sont à l'usage des gardes forestiers comme des visiteurs.

La faune de Khao Yai y vit en liberté. Chaque animal détermine donc son territoire dans les lieux qui lui sont propres (plaine, forêt, etc).
Près de 70 espèces de mammifères y sont recensées. Approximativement 250 éléphants sauvages vivent dans le parc, ainsi que des cerfs, des ours, des cochons sauvages, des léopards, des tigres et des singes macaques et gibbons.
Le nombre d'espèces différentes d'oiseaux est d'environ 300. Parmi celles-ci, le calao bicorne, le calao festonné, le calao pie oriental et le calao brun.
Enfin, les forêts du parc abritent plusieurs espèces d'araignées, de fourmis, de serpents (dont certains de l'espèce cobra royal), de vers et d'insectes. Certaines grottes abritent des espèces rares de chauve-souris
Le parc accueille un tourisme thaïlandais et étranger. Il est accessible à tous sous réserve de s'acquitter du forfait quotidien. Les forfaits pour les visiteurs thaïlandais et étrangers ont chacun un tarif spécifique. Il est interdit aux visiteurs de couper ou de ramasser des végétaux, comme de capturer des animaux.
À pied, les visiteurs sont autorisés à se déplacer seuls le long des routes et chemins du parc. Un garde forestier ou un guide est par contre requis pour se rendre en forêt. En voiture, seules les routes sont autorisées. Il n'est pas rare d'y croiser des éléphants et une conduite prudente est nécessaire. Enfin, les visiteurs ont la possibilité de séjourner au parc. Hôtellerie et restauration, locaux administratifs étant regroupés en une petite zone située à une quinzaine de kilomètres de l'entrée nord.

Avec un million de visiteurs annuels, le parc voit son écosystème menacé.


Entrée du parc de Kao Yai. Il reste encore 14 km pour le Visitor Center

Plan du Parc Khao Yai
SUKHOTHAI
Informations touristiques / Sources :
Histoire de Sukhothai

Capitale du premier royaume du Siam aux XIIIe et XIVe siècles, Sukhothaï conserve d'admirables monuments illustrant les débuts de l'architecture thaïe. La grande civilisation qui se développa dans le royaume est tributaire de nombreuses influences et d'anciennes traditions locales, mais l'assimilation rapide de tous ces éléments forgea ce que l'on appelle le « style Sukhothaï ».

Brève synthèse
Situées dans la région basse-nord de la Thaïlande actuelle, la ville historique de Sukhothaï et les villes historiques associées constituent un bien en série composé de trois villes anciennes étroitement liés matériellement. La zone totale du bien couvre 11.852 ha, comprenant Sukhothai 7.000 ha, Si Satchanalai 4.514 ha, et Kamphaeng Phet 338 ha. Sukhothai fut la capitale politique et administrative du premier royaume du Siam aux XIIIe et XVe siècles. Si Satchanalai était le centre spirituel du royaume et le site de nombreux temples et monastères bouddhistes. Si Satchanalai était aussi le centre de la très importante industrie d'exportation de céramique. La troisième ville, Kamphaeng Phet, a été établie à la frontière sud du royaume et avait des fonctions militaires importantes pour la protection du royaume contre les invasions étrangères ainsi d'assurer la sécurité du vaste réseau commercial du royaume. Les trois villes partageaient une infrastructure commune pour contrôler les ressources en eau, et étaient liés par une route principale connue sous le nom de Thanon Phra Ruang d’après le roi qui l'a construite.

Sukhothai, Si Satchanalai et Kamphaeng Phet partageaient tous une langue et un alphabet, un système administratif et juridique commun, et d'autres éléments qui ne laissent aucun doute quant à leur unité comme une seule entité politique. Les trois villes sont également riches de beaux monuments et œuvres de sculpture monumentale, qui illustrent le début de l'architecture et de l'art thaï connu sous le nom du « style Sukhothai. »

Sous le patronage royal, le bouddhisme a prospéré et de nombreux monastères impressionnants ont été construits en briques recouvertes de stuc sculpté, illustrant la beauté idéalisée et les caractéristiques surhumaines (mahapurisalakkhana) du Bouddha et ses enseignements. C'est grâce à ces vestiges de monuments religieux qu’aujourd'hui nous connaissons et apprécions le mieux les réalisations des habitants de la ville historique de Sukhothaï et des villes historiques associées.
On attribue au royaume de Sukhothai l'invention et le développement de la plupart des caractéristiques uniques de la culture siamoise (thaï), beaucoup d'entre elles étant directement attribuées au roi le plus célèbre et le plus aimé, Ramkhamhaeng , qui est considéré comme le père fondateur de la nation thaïlandaise.

Les nombreux exemples de sculpture, de peintures murales et d’éléments de décoration trouvés dans l’ensemble de temples et des monastères abandonnés sont importants pour établir l'unicité et l'importance exceptionnelle de ces trois villes. L'art et l'architecture de Sukhothai, Si Satchanalai et Kamphaeng Phet ont été largement étudiés par les historiens de l'art qui ont identifié et décrit son style unique, distinct du style  khmer et d'autres styles régionaux antérieurs, et qui considèrent les monuments bouddhistes et leurs sculptures associées des trois villes comme des chefs-d'œuvre de la création artistique, donnant à ce style d'art son propre nom, le « style Sukhothaï ». Les inscriptions de pierre trouvées sur les sites constituent les premiers exemples de l'écriture thaïe et fournissent des comptes rendus détaillés de l'économie, de la religion, de l'organisation sociale et de la gouvernance du royaume de Sukhothai.
En plus d'être le théâtre d’innovations en matière d’architecture et d’art, de langue et d’écriture, de religion et de loi, les villes historiques du royaume de Sukhothai ont accueilli des pionniers en ingénierie hydraulique. Ceux-ci ont modifié le paysage du royaume en créant des barrages, en construisant des réservoirs, des étangs et des canaux, en contrôlant les inondations, et l'eau a ainsi pu être amenée pour différents usages,  agricoles, économiques et rituels, ainsi que pour la vie quotidienne des  habitants, pour les voies de communication et la protection des fossés de la ville. Depuis cette époque jusqu'à la période Rattanakosin, les rois de Thaïlande ont été connus pour leur capacité à contrôler l’eau du royaume.
L’Etat de Sukhothai était unique en termes de système politique et administratif,  remarquablement égalitaires pour l’époque, basés sur les relations patron-client, des institutions sociales et religieuses puissantes, et des lois codifiées. Le système économique diversifié du royaume reposait sur la production agricole, mais était aussi fortement tributaire des exportations de produits industriels, en particulier la céramique de haute qualité. Ces caractéristiques ont ensemble fait de Sukhothai une époque et un lieu prospère, connu dans l'histoire thaïlandaise comme un âge d'or et «le bonheur thaïlandais » ou « l’aube du bonheur ».

Intégrité

L'intégrité de chacune des villes prises individuellement de Sukhothai, Si Satchanalai et Kamphaeng Phet réside dans le grand nombre de structures permanentes intactes et dans la forme urbaine historique, mais elle est confrontée à un programme de fouilles des monuments en cours. L'intégrité de l’ensemble des trois villes est caractérisée par les éléments intacts d’ingénierie du paysage qui a créé l’infrastructure élaborée et étendue de réservoirs d'eau, de canaux et de routes, qui était commune aux trois villes historiques et qui les unissait  entre elles, donnant une cohérence politique, économique et culturelle au vaste territoire contrôlé par le royaume de Sukhothai.

L'intégrité du bien se reflète également dans les éléments caractéristiques d'architecture et d'art communs à tous les sites, ainsi que dans la langue et le contenu des inscriptions des pierres découvertes sur le site, ainsi que d’autres vestiges culturels découverts grâce aux fouilles archéologiques dans les trois villes. Dans le passé, certains objets ont été retirés de Sukhothai pour leur protection. Par exemple le roi Rama I (1782-1890) retira 2.128 statues de Bouddha et le roi Mongkut (Rama IV de 1851-1868) découvrit une inscription en pierre et un trône de pierre qu’il fit également enlever.  

L’intégralité de l'étendue de chaque ville historique est protégée dans les limites de leur parc national respectif, qui sont aussi, collectivement, les limites du bien du patrimoine mondial, et aucun développement autre que pour la protection du site, la conservation et l'interprétation n’est autorisé. Il n'y a pas de circulation dans les parcs et toutes les activités y sont strictement contrôlées, ce qui inclut  la protection du paysage historique et la réglementation stricte de l'utilisation des monuments (dont la plupart sont les vestiges d'anciens temples ou monastères bouddhistes). Cela garantit que l’intégrité archéologique et historique des monuments, et la relation les uns aux autres, est préservée.

Authenticité

L'authenticité de la ville historique de Sukhothaï et des villes historiques associées provient de différents éléments. Tout d'abord et surtout, parmi les autres, il s’agit de l'authenticité des vestiges architecturaux des temples et des monastères bouddhistes qui ont été protégés par la coutume depuis leur construction.  Au cours de leur longue histoire de près de 1000 années, les édifices - que ce soit par un usage actif ou en tant que vestiges historiques -ont été maintenus et restaurés.en utilisant des matériaux et des méthodes traditionnels. Depuis les années 1960, avec le placement des vestiges des villes historiques sous la protection du gouvernement, le ministère des Beaux-Arts Thai supervise tous les travaux d'entretien, de conservation et de restauration.

Les fouilles archéologiques ont révélé les vestiges d'activités économiques qui ont eu lieu sur le site, en particulier celle d'une industrie d'exportation de céramique florissante, que l’on a daté de la période du royaume de Sukhothai par thermoluminescence ainsi que par une analyse comparative avec des fonds datés provenant d’autres sites.

D'autres aspects de l'authenticité du bien concernent les modifications apportées au paysage naturel à des fins de défense, de communication (canaux et routes), et pour la gestion de l'eau (barrages, digues et chaussées). Ceux-ci demeurent intacts et leurs fonctions historiques peuvent être déterminées. Ces caractéristiques d’ingénierie du paysage ont été datées grâce à diverses techniques chronométriques adaptées à l'archéologie de la période historique, notamment la paléontologie et l'analyse paléobotanique.

Les routes, canaux, barrages et  digues sont encore utilisés aujourd'hui par la population locale. Les établissements religieux dans des sites historiques continuent d'être vénérés et utilisés pour le culte. Les fêtes traditionnelles ont encore lieu sur place. L'alphabet unique de la langue Thai inventé à Sukhothai reste en usage aujourd'hui. Et les personnalités connues de l'histoire Sukhothai continuent à être respectés comme les fondateurs de la nation thaïlandaise.

INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS :
  • Situation: Située au nord de la Thailande sur la route de Chiang Mai. Il y a le New Sukhothai et le Odl Sukhothai, séparé d'au moins 8 à 12 km. La partie partie historique est située dans le Old Sukhothai. C'est effectivement dans le Odl Sukhothai que nous suggérons de trouver un herbergement. 
  • L'hébergement : Nous avons trouvé à 100m  de l'entrée du parc historique une GH à un excellent rapport Q/P. Old City GH. - 40 euros = 1500 BHT pour 3 nuits. 28/7 Jarodvitheethong Road, Sukhothai, 64210 Mueang Kao. Téléphone : +66 91 030 039. Réservation via booking.com. En effet, c'est vite complet, mais il y a d'autres GH dans le secteur. 
  • La restauration: Dans le quartier, il n'y a pas pléthore de restaurants dans le secteur. 2 ou trois restos juste à l'entrée de la GH 
  • Les déplacements : A pied, en vélo et en bus pour aller de Old à New Sukhothai  
  • Autres points : Les banques dans Old Sukhothai sont inexistantes, il faut aller à New Sukhothai. Prendre le bus qui fait les A/R entre les deux villes pour 50 bahts
  • Les points particuliers que nous avons faits : 
  1. Wat Si Sawai
  2. Wat Sa Si
  3. Wat Mahatat
  4. Wat Sarasak
  5. Wat Traphang Ngoen
  6. Wat Ratcha Pradit
  • Arriver et quitter : Pour faire Ayutthaya - Sukhothai ; le bus est le plus pratique, mais des trains qui font Bangkok - Chiang Mai et s'arrête à Phitsanalok, (il n'y a pas de gare ferroviaire à Sukhotthai), puis prendre soit un taxi, soit un bus (80 km). Nous avons préféré le bus de Ayutthaya pour Sukhothai. Nous avons négocié avec la GH un package pour 410 baths / personne départ de la GH. Il n'y a pas de gare routière proprement dit à Ayutthaya, mais des petites agences situées en dehors de la ville (5 à 8 km), donc pas facile à trouver. Mieux vaut passer par le GH pour réserver, facile et pas de stress pour un même prix. Arriver à la New Sukhothai, il faut rejoindre Old Sukhothai, à la gare routière se regrouper pour avoir un tuktuk (100 bahts / pers, nous étions 5 personnes)
  • Nous quitterons Sukhothai en bus 319 bahts / personne. Départ 7h30 et arrivée à Bangkok Mochit à 15h00.     

GH Old City GH.
28/7 Jarodvitheethong Road, Sukhothai, 64210 Mueang Kao 

Téléphone : +66 91 030 0393


Plan de Odl Sukhothai

Gravure sur bois à notre GH

Les bus entre Old et New Sukhothai 

INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS
.
Le 
Wat Sa Si
Informations pour la visite
Entrée gratuit. 
Pour y aller :
Il se trouve dans l'enceinte du parc.
Histoire du Wat Sa Si
Source 1
Ce magnifique temple trône au milieu d’un petit étang artificiel. On y accède grâce à un petit pont. On peut y observer des pierres en forme de pétales de lotus qui délimitent le hall d’ordination ainsi qu’un chedi d’inspiration sri-lankaise. On peut également y admirer un immense bouddha ainsi qu’un plus petit bouddha noir en marche. Jusqu’en 1978, une route traversait le temple. Conscient des conséquences néfastes pour le monument historique, le département des arts de Thaïlande détourna la route afin de préserver les vestiges

Wat Sa Si

Wat Sa Si

Wat Sa Si

Wat Sa Si
INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS
.
Le 
Wat Si Sawai
Informations pour la visite
Entrée gratuit. 
Pour y aller :
Il se trouve dans l'enceinte du parc.
Histoire du Wat Si Sawai
Source 1

Près du Wat Mahathat se tient une autre merveille du site, le Wat Si Sawai dont l’architecture typiquement khmer interpelle l’oeil du visiteur. Avant de pénétrer dans l’enceinte du temple, j’esquive de justesse une petite tortue recroquevillée dans sa carapace. Elle semble perdue dans la grande étendue d’herbe verte dans laquelle elle se confond. A l’intérieur, la différence architecturale avec le Wat Mahathat que nous venons de quitter est frappante. Ce temple d’origine khmer était dédié à la déesse hindou Shiva. Son nom « Si Sawai » aurait d’ailleurs une double signification. Il signifierait « temple des mangues » (le temple est entouré d’arbres à mangues) mais son nom pourrait aussi venir de « Si Siwai Hi » évoquant la déesse indienne Shiva. Le temple est composé de trois superbes prangs (tours khmers représentant le mont Meru, demeure des dieux hindous) construits par le roi khmer Jayavarnan VII d’Angkor (fin XIIème – début du XIIIème siècle) et achevés au XIVème siècle.


Wat Si Sawai

Wat Si Sawai

Wat Si Sawai

Wat Si Sawai
Wat Traphang Ngoen
Non loin du Wat Mahathat, à l'ouest, sur une petite île au centre de la grande pièce d'eau dite " le lac d'argent ", le Wat Traphang Ngoen. Un chedi se détache de l'ensemble, se mirant dans l'eau. A la saison des pluies, on a la curieuse impression qu'il flotte à la surface


KOH CHANG
Informations touristiques / Sources :
Source 1
Source 2

Ko Chang (เกาะช้าง) ou Koh Chang est la troisième plus grande île de la Thaïlande, avec une superficie de 211 km2. Elle est située sur la côte est du golfe de Thaïlande, dans la province de Trat, près de la frontière du Cambodge. Elle se trouve à 310 km de Bangkok.
Son nom signifie l'île de l'éléphant. Montagneuse, avec plusieurs cascades, elle fait partie du parc national de Mu Ko Chang donc elle est la plus grande île parmi les 54 autres îles et îlots qui l'entourent.

Au début des années 1940 le Japon profite des déroutes de l’armée française, avec notamment la défaite contre l’Allemagne en 1940, pour lancer des provocations et tenter de conquérir des territoires de l’Indochine française. Le royaume de Siam, devenu en 1939 la Thaïlande, est quant à lui influencé par son allié le Japon et commence à développer des thèses nationalistes qui le conduise à reconsidérer ses rapports avec les chinois, nombreux à Bangkok. C’est dans ce contexte de repli nationaliste que naît un climat propice à la reconquête de territoires perdus au Laos et au Cambodge, et conquis par la France entre 1893 et 1907.

Malgré un pacte de non agression signé par la Thaïlande et la France à la fin des années 30, la Thaïlande attaque avec provocation les territoires conquis par l’Indochine française à l’Est du Mékong. La France réagit et répond avec fermeté, tout en conservant une position de défense politique.

Quelques semaines plus tard, en Janvier 1941, le gouverneur général de L’Indochine, l’Amiral Decoux, décide de lancer une première attaque contre la marine thaïlandaise dont le lieu de la bataille n’est autre que le golfe de la Thaïlande. A noter que la marine siamoise est bien supérieure en navires et effectifs que la marine française d’Indochine. Le lieu est également inconnu des forces marines françaises ce qui complique leur entrée sur le territoire.

Après une reconnaissance aérienne des lieux, les navires de guerre français lancent une opération d’envergure le 16 janvier à Koh Chang. Le combat dure un peu moins de deux heures et se solde par de lourdes pertes du côté de la marine Thaïlandaise.

La flotte de guerre thaïlandaise est durement touchée avec plusieurs torpilleurs coulés au large de Koh Chang.

On déplore plusieurs dizaines de morts côté Thaï ainsi que des officiers japonais présents à bord des navires thaïlandais.

INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS :
  • Situation: Située à 500 km au sud est de Bangkok, près de la frontière cambodgienne en face de la ville de Trat
  • L'hébergement: Nous avons fait la côte nord, la côte sud et la côte centre de l'île. Les prix sont bien entendu différents. Nous avons réservé via booking.com, car c'est vite complet via booking. Toutefois, les hébergements sont nombreux (sans adresse mail, donc accessibles sur place. Suggestion, quand c'est possible, arrivez très tôt, et faites le tour des GH, il ne devrait pas y avoir de problème si votre exigence n'est pas très élevée.   
La côte "Klong Son Beach" : Nous avons couché au Nord Khongson GH, 36/4 moo 3 koh chang 23170. Tél +66 83 632 3523, 1734 bahts pour 3 nuits. Hôtel très moyen, tenu par un italien (ses pizzas ! ! sont chères). Dans le coin il y a un complexe hôtelier avec bungalows (très bien situé), au bord de la plage. Site : Siam Royal View et Mail  Tél +66 (0)89 474 4335 ou +66(0)39 555 144. 

La côte "Lonely Beach" : Green Sun GH, Lonely Beach Moo 4/36, Kho Chang, 23170 - Tél +66 87 03 87 343, 3000 bahts pour 3 nuits. Une bonne adresse très bien placée : Lonely Beach Resort (de 400 à 1000 bahts le bungalow), selon qu'il est face à la mer. 4/24 Moo 1. Mail : tammes@gmail.com et nissa_ang@hotmail.com Tél 0812795120  - +66812795120

La côte "White Sand Beach" : Ficherman Hill Side GH, au centre du village de Lonely Beach, 2400 bahts pour 3 nuits. Dommage, pas de mail, donc vite complet. Par contre juste à coté, au calme, Tuk Tuk GH www.tuktukkohchang.com Mail tuktukguesthouse@gmail.com Téléphone : 0899331119 ou 0885251119. C'est connu. Cette GH comme Fircherman Hill Side GH sont situées à 100 m de la plage, juste 50m puis traverser la route. Très calme, MAIS, nous privilégions pour le même prix Ficherman Hill Side GH. Location de scooter à 200 baths / jour

La côte "Bang Bao Beach": Les GH dans le secteur du Bang Bao Beach sont assez isolées, certaines sont sur le Pier lui même : Ocean Blue GH à 1000 bahts. Calme le soir quand les touristes quittent le Pier, autrement c'est la foule. 
  • La restauration: Là encore tout dépend de l'endroit où l'on loge. Mais faites une cure de jus de fruits et de fruits 
La côte "Klong Son Beach" : Allez au Blues-blues, resto tenu par un artiste, très réputé, pas cher, très bon sur la route de Elephant Camp à 800 m du croissement avec la route principale 
La côte "Lonely Beach" : Le très nombreux restaurants à tous les prix. Allez dîner ou boire un pichet de jus de fruits à 50-60 bahts au Sunset Hut, une grande terrsae, vue sur la mer, un vrai plaisir. Mais aussi au Cancun Bar un plus plus au nord, plage aménagée en restaurant.   
La côte "White Sand Beach" : C'est un peu plus compliqué et cher pour un restaurant "local". Les touristes, des russes arrivent bourrés de devises.  L'excellente solution consiste à aller faire son marché aux petits vendeurs de nourriture. La rue principale est investi de très nombreux marchants, c'est excellent et pas cher. Il y a aussi une "grande surface" permet de faire des achats courants 
La côte "Bang Bao Beach" : Des très nombreux restaurants de poissons sur le Pier (300 à 400 bahts une bonite à partager à deux) 
  • Les déplacements : Il y a les taxis, chers et sans négiciation (entre 100 et 200 bahts selon les distances), les tarifs sont fixes et inscrits sur les taxis. Le mieux c'est le scooter, mais attention, c'est une île et les routes étroites et très très en montée et descente (+15% de pente dans certains endroits), il y a de nombreux accidents, donc il faut être vigilant, et s'assurer que les freins fonctionnent et surtout porter un casque. Le prix est similaire partout dans l'île : 200 bahts / jour. 
  • Autres points : Nous avons passé environ 10 jours sur la côte ouest de Koh Chang, du nord au sud. Nous préconisons le secteur de Lonely Beach, c'est un coin "routard" sympa, cool et pas cher en comparaison avec White Sans Beach, touristes russess "haut de gamme" donc cher. Seul point positif, la plage qui est un peu plus belle et plus longue.     
  • Les points particuliers que nous avons faits
  1. Le principal intérêt : ce sont les plages, la plongée, mais aussi les balades (treks) en forêt, et aussi Elephant Camp (balades à dos d'éléphant)
La côte "Klong Son Beach" : Les plages, elephant camp, cascades, balades vers les petits ports de pêche.  
La côte "Lonely Beach" : Les plages
La côte "White Sand Beach"Les plages
  • Arriver et quitter : Pour aller à Koh Chang depuis Bangkok. Il y a les bus (904 bahts pour 2 personnes), au départ de la gare routière du Terminal Eastern. Nous avons pris un hôtel près de la gare en arrivant de Sukhothai. Nous prendrons le bus à 9h00 avec une arrivée au port (Koh Chang Ferry) à 15h00. Attention, ils sont rarement à l'heure, prévoir 30 à 45 mn de retard. Certains compagnies de bus vont jusqu'au koh Chang Ferry, d'autres vont à Trat et vous devrez prendre un taxi.
  • Les ferries sont nombreux et la durée du trajet 45 minutes, prix du passage 80 bahts / personne. Les ferries arrivent au nord de l'île à Ao Sapparot Pier. De là des taxis vous amènent à votre hôtel ou GH dans toute l'île. Pour le sud le tarif est entre 200 et 250 bahts (vers Bang Bao Bay), 100 à 150 bahts pour Lonely Beach et 100 bahts pour white sand beach.
LA CÔTE NORD "Klong Son Beach"
Hébergements et restauration, en plus des infos mentionnées plus haut.
  1. The Beach Club restaurant
  2. Little Sunshine Resort
  3. Sambhala Beach Bar
  4. Marina Pub & Pizza Pasta
  5. Aiyapura Resort & Spa
  6. Koh Chang riverside Resort
  7. Phet Ruean Thai Resort
  8. Blues Blues Art restaurant
  9. Dula Villa GH
Informations sur la côte nord.  Plan google map
Une petite bourgade sans grand intérêt, quelques restaurants des GH. Située à 34- km du Ao Sapparot Pier. Le prix du taxi depuis le Ferry est de 100 bahts (ils profitent).  
A 3-4 km du Elephant Camp, faisable à pied, entrée gratuite, endroit où l'on peut faire des balades à dos d'éléphant : site. Possibilité de déjeuner et coucher au camp.
Il y a une cascade, Khlong Chao Lueam Water Fall (privée dont entrée 50 bahts). A voir s'il y a de l'eau ! !
Le secteur est en plein aménagement (marina, complexe avec bungalows).
Il y a aussi des petits ports de pêche, à faire à pied, balades sympas. 
Nous avons passé 3 jours sur la côte nord ouest.
 

Arrivée sur l'île de Koh Chang au nord de l'île

Taxis pour les déplacements dans l'île.
Les tarifs sont fixes, pas de négociation possible

Restaurant sur le Pier à côté du débarcadaire
Excellent curry de poisson frais

Sur la plage du Siam Royal View

Sur la plage du Siam Royal View

Sur la plage du Siam Royal View

Sur la plage du Siam Royal View


Jardin du Siam Royal View

Sur la plage du Siam Royal View

Autre complexe hôteliers avec des villas
Furama Xclusive Resort & Spa Aiyapura

Plantation de bananiers

Elephant Camp : Site du Elephant Camp

Elephant Camp : Site du Elephant Camp 

Petit port de pêche

Maisons traditionnelles sur le bord de la rivière 

Piment sauvage

Récolte du latex

Plantation d'hévéas


Chao Por Koh Chang Shrine

Chao Por Koh Chang Shrine

Chao Por Koh Chang Shrine
Le sanctuaire de Chao Po Koh Chang est l'un des centres spirituels les plus anciens et les plus respectés de l'île, tant pour les habitants que pour les visiteurs de Koh Chang. Le nom du sanctuaire chinois situé dans Ao Sapparod signifie en traduction littéraire comme "Saint père Koh Chang". De la jetée de Centrepoint aux plages de la côte ouest de Koh Chang, sur le côté droit, vous verrez le temple chinois Chao Po & Chao Mae Koh Chang.

En quelques générations, «le Saint-Père Koh Chang» était le sauveur de Khon Kard - la population de la province de Trat. Dans le passé, lorsque la navigation dépendait uniquement de la fiabilité des voiles et des bateaux, les pêcheurs qui allaient à la mer, au cours d'une forte mousson, désespérés, ont cherché la foi et le soutien de Chao Po Koh Chang. Racontez des histoires étonnantes qui se sont passées après que les gens ont commencé à prier Chao Po Koh Chang, en temps de mauvaise récolte, la maladie et autres calamités.
Source 1
L'entrée d'une propriété privée, sur la route en allant vers Elephant Camp
Ici aussi, il y a des riches !
LA CÔTE NORD "White Sand Beach"
Hébergements et restauration, en plus des infos mentionnées plus haut.
  1. White Sans Beach Resort
  2. Rock Sand Beach
  3. Mac Resort
  4. Etc...
Informations sur la côte nord.  Plan google map
C'est plutôt le secteur "haut de gamme" pour touristes argentés. Les hôtels sont chers et en bord de mer. Les GH et hôtels abordables sont très rares (on en a deux à proposer).
L'activité c'est la plage, une eau à 25-28 degrès.
Le soir, les restaurants investissent la plage, et l'on peut dîner les pieds dans le sable. On choisi son poisson, voire brochettes... avant la cuisson au barbecue.
Autrement, les petits vendeurs de nourritures investissent la rue principale. On y achète sa nourriture prête à manger que l'on peut déguster à la GH. Sympa, pas cher et très local.

  1. Tuk Tuk GH
  2. Fisherman Hill Side GH : Nous recommandons
Fisherman Hill Side GH - Notre GH que nous recommandons. Très bien situé à 100m de la plage, très calme.
Le petit déjeuner se prend au Tuktuk GH juste à côté

La plage de White Sand Beach

La plage de White Sand Beach

La plage de White Sand Beach

La plage de White Sand Beach

Couché de soleil sur White Sand Beach

Couché de soleil sur White Sand Beach

Pêcheur rentrant le soir d'une journée de pêche

Attention aux court-circuits
Le soir, les restaurants investissent la plage pour dîner les pieds dans le sable. Très agréable de pouvoir manger du poisson grillé que l'on choisi avant qu'il passe au barbecue.
Massage spécial : les pieds dans l'aquarium, les poissons viennent "déguster" vos peaux mortes ! !
Cela ne semble pas être une partie de plaisir au regard de ceux qui y sont.  
Le soir venu les petits vendeurs de rue investissent la rue principale de White Sand Beach. On y achète sa nourriture que l'on peut manger à la GH
Excellent, pas cher, et très local.
LA CÔTE SUD "Lonely Beach"
Hébergements et restauration, en plus des infos mentionnées plus haut.
  1. Siam Bay Resort
  2. Siam Beach Resort
  3. Nature Beach Resort
  4. Bhumiyanah Resort
  5. Siam Hut : Très bien placé, prendre un verre et manger 
  6. KLKL Hostel
  7. Warapura Resort
  8. Janrassamee Home Stay
  9. The Hangover Restautant
  10. Exotic Bungalows
  11. Lonely Beach Resort
  12. Magic Garden Resort
  13. Bailan Bay Resort
  14. Nest Sense Boutique Resort
  15. Bailan Beach Resort
  16. The white house Bailan Resort
Informations sur la côte sud.  Plan google map
Une petite bourgade très sympa, vraiment un coup de coeur, plutôt adapté aux routards cools. Nous recommandons ce secteur. Le meilleur rapport qualité / prix. Enormément de restaurants, de GH. Plage sympa   

Sur la route des singes en grand nombre

Paysage des environs de Lonely Beach

Siam Hut restaurant
L'un de nos endroits pour apprécier un pichet de jus de fruits frais
Excellent, bien frais...
Les bungalows dans la jungle avec vue sur la mer

Plage de Lonely Beach

Sur la plage de Lonely Beach
LA CÔTE SUD "Bang Bao Beach"
Hébergements et restauration, en plus des infos mentionnées plus haut.
  1. Siam Bay Resort
Informations sur la côte nord.  Plan google map
C'est plutôt le secteur "haut de gamme" pour touristes argentés. Les hôtels sont chers et en bord de mer. Les GH et hôtels abordables sont très rares 

Pour se déplacer, soit le taxi, mais c'est assez cher, soit louer un scooter (200 bahts / jour) Mais attention, les routes sont étroites et très pentues.


Fleur "oiseau du Paradis"

Fruit du dragon

Un gecko, qui nous protégera des piqures de moustique.

RETOUR
LE CAMBODGE LE NEPAL LE BRESIL LA HONGRIE JAVA - BALI L'INDE
LE RAJASTHAN
Cliquez sur la photo cam 1 1 buda7 borobudur2 1
ISTANBUL LE MYANMAR LE LAOS LE PEROU OUZBEKISTAN LE VIETNAM
1 1 133 1 1 halong 12