LE PEROUR
RETOUR
LE BRESIL
LE NEPAL LE PEROU LA HONGRIE JAVA - BALI L'INDE
LE RAJASTHA
Cliquez sur la photo 1
1 1
buda7
borobudur2 1
LE CAMBODGE LE VIETNAM LE MYANMAR LE LAOS OUZBEKISTAN
cam 1 1 133 1
1
La Mosquée Bleue
VOYAGE
EN TURQUIE
Istanbul

Du 12 septembre 2010 au 18 septembre 2010

La Mosquée Bleue
Sainte Sophie
Le Palais de Topkapi
La mosquée de Soliman le Magnifique
La mosquée Kalenderhane
La mosquée de Mehemet le Conquérant
La mosquée Chehezade
La mosquée d'Ortaköy
La mosquée Neuve
Le Bazar aux épices
Le Gand bazar
Croisière sur le Bosphore

ISTANBUL
INFORMATIONS POUR LES ROUTARDS :
  • Population : environ 13 millions d’habitants.
    Superficie : 100 km est-ouest sur 40 km nord-sud
    Monnaie : livre turque TRY - 1 euro = 2635 TRY
    Byzance-Constantinople-Istanbul : les Anciens l'appelaient Byzance, du nom de Byzas. Tsargorod pour les Russes, Tarigrad pour les Roumains, Miklagard pour les Scandinaves ; pour tous, Constantinople, la ville de l'empereur Constantin, est symbole du pouvoir (romain) et de la chrétienté (orthodoxe) : les Arabes en rêvent, les croisés l'occupent de 1204 à 1261, mais ce sont les Turcs qui l'emporteront le matin du 29 mai 1453. Istanbul (Eis tên polin) est née, elle continue de nous faire rêver.
    Sites inscrits au Patrimoine mondial de l'Unesco : dans le vieil Istanbul, on compte quatre zones inscrites au Patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1985 : une grande partie de Sultanahmet (avec notamment l'église Sainte-Sophie et le palais de Topkapı), la mosquée de Soliman le Magnifique et ses abords, l'église du Christ Pantocrator et ses abords, ainsi que les anciens remparts..  
  • Les déplacements : Principalement à pied. La ville européenne, celle qui regroupe l'ensemble des sites permet le déplacement à pied. Toutefois, Il existe des lignes de tram et de métro. Le tramway couvrait autrefois toute la ville et fut démonté en 1960. Au début des années 1990, on réinstalla la ligne Tünel - Taksim et on parle de la rallonger dans un but touristique. Le prix du billet est de 0.50 €. Il fonctionne entre 7h00 et 21h00.
  • L'hébergement : Nous avons opté pour une formule (Carrefour) avion - hotel - petit dèj de 3 jours (260 euros) à laquelle nous avons ajouté 4 nuits supplémentaires à 20 euros. Hotel *** quartier Fatih, 1km de la zone à hyper touristes. C'est pour nous la meilleure formule 
  • La restauration : Des restos partout, à tous les prix, donc pas de pb.
  • La croisière sur le Bosphore : A faire absolument bien sûr. Un Ferry (départ à 10h35 - 12h35 - 14h10) l'été. Guichet sur l'embarcadère n°15 en face de la mosquée Neuve. Prix 10 euros pour la croisière de la journée. Avec le billet, possibilité de descendre aux escales tout le long du Bosphore. Les escales sont : Barbaros, Hayreddin, Pasa (sur la rive européenne), Kamlica (rive asiatique), Yenikoy, Sanyer, Rumeli Kavagi (rive europenne), et terminus Anadolu Kagvagi (rive asiatique). On a largement le temps de monter au fort et de se restaurer avant de prendre le bateau du retour (ne pas louper le dernier bateau)
2   
3
4
Coupole de 23 m de diamètre culminant à 43 m
5
Coupole de 23 m de diamètre culminant à 43 m

La Mosquée Bleue ou mosquée du Sultan Ahmet : Pour pénétrer dans la cour de la mosquée, préférez la porte de l'hippodrome où vous remarquerez la grande coupole flanquée de quatre demi-coupoles donnant une harmonie à l’édifice. Les six minarets élancés accentuent son imposante silhouette et constituent une sorte de défi face à Sainte Sophie
Elle fut construite entre 1609 et 1616 par Mehmet Aga. La salle de prières est presque carrée et la coupole de plus de 23 mètres de diamètre, culmine à 43 m. La mosquée est extrêmement claire avec ses 260 fenêtres. 21043 carreaux verts en céramique d'Iznit (Nicée) 
décorent ses murs, mais le nom de la mosquée Bleue, vient des façades extérieures d'un gris-bleu changeant selon la lumière de la journée.
Dans le mihrab, encadré de deux grands candélabres, se trouve un morceau de la pierre noire de la Kaaba.

6
7
10 9
8 Sainte Sophie :  (Hagia Sophia)
Est une ancienne église de Constantinople construite en 360 par l'empereur Constantin et qui est devenue une mosquée au XVe, puis un musée au XXe. Entrée payante 10 euros. Normalement les photos nécessite un droit. Mais.... pas respecté.  C'est l'un des édifices les plus visités, venir tôt avant la foule !. Le nom vient du grec Hagia Sophia que les turcs ont transformé en Ayasofya. Ce nom veut dire Sainte Sagesse. Dès la prise de Constantinople par les Ottomans le 29 mai 1453, le Sultan Mehmed II décida de transformer Sainte Sophie en mosquée et 4 minarets furent érigés. Quand Mustafa Ataturk arriva au pouvoir, il décida de restaurer Sainte Sophie pour devenir un Musée en 1934. La basilique qui a une coupole d'un diamètre de 30 m.est soutenue par 67 pilliers représentant le cosmos, et possède 3 nefs.



11
Entrée du palais de Topkapi
Le Palais de Topkapi : Topkapı Saray
Le palais de Topkapı ne se trouve pas dans le quartier de Topkapı, qui est lui, situé sur les remparts de Théodose II, à sept kilomètres.
Ouvert de 09h30 à 17h00, sauf le mardi. Fermeture des guichets à 16h00. Seule une vingtaine de pièces du harem sont visibles sur les 400.
Compter 3 heures de visite avec le harem, mais sans les jardins et le musée Archéologique.

Le sérail (palais) de Topkapi était la résidence des sultans avant la construction du palais de Dolmabahce. Bâtit sur l’acropole de l’antique Byzance, le site domine à la fois la ville, le Bosphore et la Corne d'Or. à l’extrême pointe de la péninsule de Stamboul
12
La cour des Hallebardiers, où des hommes de main se tenaient prêts à exécuter toutes les décisions de leur souverain. Au contraire, la porte de la Félicité donne accès à la cour autour de laquelle étaient disposés les appartements privés du sultan et ses locaux de fonction : salle d’audience, archives et trésor.
Au-delà, une quatrième cour, formée de jardins en terrasses, offre des vues admirables sur le Bosphore et la Corne d’Or.
15
Le trône du Sultan
13
Entrée du Harem
14
Le Harem
Enfin, bordant les deux cours privées du sérail, s’étend le harem, auquel on ne pouvait accéder que par une seule porte, donnant sur les appartements du souverain. Du XVIIe au XVIIIe siècle, des sultans incapables préfèrent les plaisirs du harem et les fêtes somptueuses aux lourdes tâches de l’Etat. Les grands vizirs et les sultanes-mères (validé), gouvernent en sous-main, mais l’armée veille, n’hésitant pas à recourir à la manière forte en cas de désaccord.
En regardant les murs extérieurs du harem, imaginez simplement cette ville de femmes au temps de sa splendeur. Au contraire des idées reçues, le harem d’Istanbul n’a jamais été le plus grand du monde musulman. C’est celui de Cordoue en Espagne, qui a battu tous les records avec 5000 femmes. 
Roxelane fut certainement la plus rusée, d’entre les favorites qui peuplèrent le vieux palais. Elle parvint à mettre à ses pieds Soliman-le-Magnifique, alors au plus haut de sa gloire. Durant toute sa vie (1505 –1559), elle ne cessera de tisser les pires intrigues et de tremper dans les plus sombres conspirations. Elle tenta d’assurer le trône à son fils Beyazıt, voulant ainsi s’opposer à son autre fils Selim II. Vaincu, livré au sultan par le roi de Perse auprès duquel il s’était retiré, Beyazıt fut étranglé.
16
Bibliothèque du Palais
Topkapı, c’est aussi et surtout une véritable caverne d’Ali Baba. Au fur et à mesure de la visite, on découvre une profusion de joyaux et d’objets précieux de toutes sortes, des manuscrits enluminés, dix mille miniatures, entourent le clou de la visite : le Trésor.
On y verra entre autres, le trône de Murat III, pesant près de 250 kg d’or pur ou le trône ovale, recouvert d’émaux verts et rouges enrichis d’une multitude d’émeraudes, de rubis, de perles. Plus loin : les vêtements de cérémonie des sultans, ruisselants d’or, de pierres précieuses et fines ou grosses comme le poing. Un autre exemple parmi tant d’autres, le diamant Pigot de 86 carats avec 58 facettes, qui occupe à lui seul une vitrine ou ce poignard oriental aux trois émeraudes, le « Kancar », star du scénario de « Topkapı », film de Jules Dassin. A voir aussi : un trône d’ébène, une armure enrichie de pierres précieuses, deux chandeliers d’or pesant chacun 48 kg et rehaussés de 6 666 diamants, des meubles somptueux, des tapisseries, des faïences, des vases de jade, une couverture en perles, un carquois enrichi de rubis et de saphirs, des encensoirs en or...

46 47
Une exposition présente de belles armes perses Séfévides (boucliers, cottes de mailles, épées, armures, sabres, etc.). Les cuisines renferment une riche et extraordinaire collection de porcelaines chinoises, parmi lesquelles des assiettes de céladon dont le vert, dit-on, change de couleur au contact d’aliments empoisonnés. Tout ceci nous donne une image à la fois cruelle et fastueuse des souverains de la Sublime Porte. Détruites par un incendie sous le règne de Selim II (1556-1574), les cuisines furent reconstruites par le célèbre architecte Sinan et toujours agrandies par la suite, en fonction des besoins. Au XVIe siècle, le personnel comprenait plus de 1100 employés, cuisiniers, tournebroches et pâtissiers, qui préparaient des mets et des entremets pour plus de 5 000 personnes en temps ordinaire, et plus de 10 000 lors des fêtes données dans le palais
17 Mosquée Kalenderhane
On pense que le bâtiment initial date du règne de l’empereur Maurice (582-602), cependant la construction que l’on peut voir aujourd’hui est du tournant du millénaire. Lors des fouilles de 1966, on a découvert de curieuses inscriptions figurant sur deux peintures murales et indiquant l’église sous le nom de "Panaghia Kyriotissa”. Le monastère est néanmoins identifié avec certitude en tant que celui du Christ Akataleptos construit sous le règne de Justinien I et même dans deux actes de donations sous Mehmet le Conquérant.
La décoration intérieure a largement souffert du temps et de la transformation du monastère, d’abord en église catholique durant l’invasion latine, ensuite en mosquée sous les Ottomans. Des parties du revêtement de marbre datant de la période byzantine et des restes de l’iconostase du XIe siècle sont encore visibles. Des fragments sculptés se trouvent à l’ouest ainsi que des fragments de mosaïque et de peinture de l’époque latine, au temps ou l’église était dédiée à St François d’Assise. Une autre mosaïque et une peinture racontant la vie de ce saint, sont conservées au musée Archéologique d’Istanbul et s’avèrent être les plus anciennes connues à ce jour.
L'ancienne église est collée à l'Aqueduc de l'empereur Valens et quelques traces du monastère sont visibles au nord. Au sud, l'ancienne medrese (école) a disparut complètement.

Mosquée de Mehemet le Conquérant : Sultan Fatih Mehmet Külliyesi
Le complexe fut érigé entre 1463 et 1470, sur l’emplacement des ruines de l’église des Apôtres, où les empereurs byzantins étaient enterrés, sur la quatrième colline du vieux Constantinople. L’architecte Atik Sinan (ne pas confondre avec Mimar Sinan), fut amputé des deux mains, puis fut exécuté quand le sultan s’aperçut que le dôme de sa mosquée n’atteignait pas la grandeur de celui de Sainte Sophie.

Le tremblement de terre de 1766 a eu raison de la mosquée et de plusieurs autres bâtiments, mais l’architecte Mehmet Tahir Aga, arriva dans les mêmes proportions, à refaire un édifice de style baroque.

Le dôme est soutenu par quatre énormes piliers en marbre et repose aussi en partie sur quatre demi-coupoles. La décoration intérieure reste assez sobre et est rehaussée par des calligraphies. Les medrese donnaient un enseignement de haut niveau et sont à l’origine de l’Université d’Istamboul. Une partie de ces écoles fut détruite lors de l’élargissement du boulevard.
Les türbe (mausolées) sont nombreux, mais le plus vénéré est naturellement celui du Conquérant qui fut entièrement rebâtit en 1766 de style baroque ottoman. Plusieurs tombes de personnages connus l’entourent, dont celle du grand-vizir Mustafa Naili-le-Crétois. Une partie de l’hôpital et le hammam monumental ont disparu pendant le tremblement de terre de 1894.

18
20
Moquée de Soliman le Magnifique : Kanuni Süleyman Sultan Külliyesi
La plus grande mosquée de la ville fut érigée pour le plus grand des sultans, Soliman le Magnifique, sur la troisième colline du vieux Stambul, c’est certainement la plus belle mosquée Istanbul.
Seulement pour assurer la stabilité des bases et pour leur construction, il a fallu pas moins de six ans, après quoi la construction réelle de la mosquée put débuter en 1550. La mosquée et ses dépendances (medrese, infirmeries, caravansérails, école médicale, bains, hôpitaux, cuisines et cellules), furent terminées sept ans plus tard.
La cour est pavée en marbre, et encadrée par une galerie couverte de 28 coupoles. Au centre, une fontaine rectangulaire ornementée. Dix balcons sur les minarets, indiquent que Soliman était le dixième sultan ottoman. La mosquée elle-même est presque à angle droit dans son plan, mesurant 63 x 68 m. Le dôme est de 53 m.
L’accès se fait soit par le portique central de la façade principale, soit par les portails latéraux qui mènent respectivement, à la galerie impériale et à la galerie publique. Cinq coupoles sont fixées de chaque côté du dôme principal, supportées par des petits pilastres entre les piliers principaux où repose la coupole centrale. Ainsi une zone exceptionnelle a été laissée libre pour la prière. Très sobre, la décoration peinte est aussi discrète et les 138 fenêtres à vitraux rehaussent la simplicité de l’ensemble. 

Mosquée Chehezade : ou du prince Mehmet Sehzade Camii
Cette oeuvre remarquable de l’architecte Sinan fut construite à la gloire de Mehmet, le fils préféré de Soliman le Magnifique, en 1543. Le sultan ordonna de construire une grande et belle mosquée pourvue de soupes populaires, de bibliothèques, de fontaines, d’auberges et d’écoles. Il voulait en faire non simplement un lieu de culte, mais aussi un lieu de vie auprès du mausolée de son fils. La décoration intérieure est simple et légère dans les tons rouges et jaunes. La coupole centrale est soutenue par quatre demi-coupoles en plan à croix grecque (!) et quatre gros piliers. 
Une série de magnifiques mausolées impériaux, les plus beaux qui se trouvent en ville. Deux sont particulièrement à retenir :  de Sehzade (Mehmet) et celui du gendre de Soliman, Rüstem Pacha. 
Un arbre sacré ou de la fécondité est planté au nord-ouest, juste avant l’entrée du restaurant (medrese). Les femmes viennent y prier autour le vendredi.
Les bâtiments au nord de la mosquée sont appuyés contre l’aqueduc de Valens qui fut construit pour alimenter les différentes citernes en eau, au IVe siècle. Il en subsiste un tronçon de près d’un kilomètre reliant les quartiers de Sehzadebasi-Vefa à Fatih-Zeyrek

21


La mosquée d'Ortaköy
(Mecidiye Camii), occupe un site superbe surplombant le détroit et qui portait autrefois le nom de « Kleidion » ou clefs du Bosphore. 

Elle fut construite entre 1853 et 1855 par Nikogos Balyan et ressemble à la mosquée de Dolmabahce, dessinée par Gabaret, le père de Nikoğos. Contemporain de Charles Garnier, Nikoğos étudia à Paris et l'on peut trouver des similarités entre sa mosquée et l'opéra Garnier à Paris.
43
44 45

La Mosquée Neuve

Située dans le quartier d’Eminönü (Istanbul), la Mosquée neuve, Yeni Camii en turc, constitue l’une des plus imposantes et connues des Mosquées d’Istanbul. La construction de cette Mosquée impériale, qui commença en 1597, fut réalisée successivement par trois architectes: Davut Aga, disciple du grand architecte Sinan, Dalgic Ahmed Cavus et Mustafa Aga. Il est également à noter que ce fut l’épouse du sultan Murat III, la sultane Safiye, qui ordonna la construction de la mosquée Neuve.

22 Aqueduc Valens
Commencé par Constantin-le-Grand, il ne fut achevé qu’en 378 par l’empereur Valens.
Au cours de sa longue existence, l’aqueduc de Valens fut souvent endommagé et remis en état. Au VIe siècle, il fut restauré par Justinien à la suite d’un tremblement de terre. Dans les dernières années de l’Empire byzantin, d’autres tremblements de terre le détruisirent partiellement.
Mehmet-le-Conquérant commença sa restauration, puis Soliman-le-Magnifique ordonna à l’architecte Sinan d’en réaliser la réfection complète.
En 1912, une partie importante, voisine de la mosquée de Fatih fut supprimée pour des raisons d’urbanisme. Jadis, un kilomètre de construction à double étage reliait les deux collines pour approvisionner en eau le palais impérial.

De nos jours encore, cette construction dont il subsiste une longueur d’environ 800 m, constitue un des plus populaires monuments d’Istanbul. L’aqueduc de Valens relie les quartiers de Fatih et de Vefa.
Bazar aux épices ou bazar Egyptien
C'est en 1663 que le marché Egyptien (Misir Çarsisi), dit aussi marché aux Epices fut construit dans l'enceinte de la Nouvelle Mosquée (Yeni Cami), entre une concession vénitienne et un quartier juif karaït. Comme dans les autres complexes importants de mosquées, le loyer des échoppes devait financer l'entretien de la mosquée et les soupes populaires d'un bâtiment annexe. C'est la sultane Hatice Turhan qui commanda l'oeuvre à l'architecte impérial Mustafa Aga. Bien que le nom officiel fut le bazar Valide (Valide Carsi), le nom de "marché Egyptien", le remplacera rapidement, rappelant la source du financement de la construction (impôts collectés au Caire). Contrairement à une idée répandue, le bazar n'a jamais accueilli d'Egyptiens ni de marchandises en provenance d'Egypte.
23
24 25

Le Grand Bazar fut pendant des siècles le plus grand marché couvert au monde.  Avec ses 66 ruelles, ses 2500 échoppes, ses innombrables ateliers, c’est une ville dans la ville qui ferme ses 19 portes à 19 heures.
Ce marché est entouré de caravanserails et de magasins de toutes sortes, dont l’ensemble occupe des dizaines de milliers de personnes. Le centre du bazar est appelé « bedesten », ce qui correspond au premier marché couvert qui fut construit en 1461. On fermait les portes le soir et cela donnait une sécurité à l’ensemble. Petit à petit, des boutiques se sont installées sur les voies qui amenaient à ce bedesten. Plus tard, on a recouvert ces ruelles d’un toit, puis on a construit des portes aux extrémités. Le tout s’est fait entre les incendies et les tremblements de terre. Ainsi, le dernier grand tremblement de terre a eu lieu en 1894 et le dernier incendie en 1953. A chaque fois il est resté fermé plusieurs années afin de réparer et de reconstruire sur les morceaux restants. 

26
Pour les promenades sur le Bosphore ou la Corne d'Or
27
Le Bosphore avec son trafic maritime
28
Ile de Galatasaray, ile articifielle
29
La Corne d'Or vue depuis Topkapi
30
Palais sur le Bosphore, observable lors du trajet en bateau
31
Encore un autre palais
32
Encore et toujours des palais
33
Autre palais
34 Palais de Dolmabahce
Coup de tête ou simple jalousie d'un sultan, le palais de Dolmabahce illustre bien l'état d'esprit de la famille impériale au milieu du XIXe siècle.
Le palais actuel fut mandé par Abdül Mecit Ier et servit de résidence impériale aux sultans ottomans pendant presque toute la période qui leur restait à gouverner.
Les architectes sont  Gabaret et Nikogos Balyan.
L'immense palais de 285 pièces possède une partie centrale rehaussée abritant la salle du trône et l'escalier principal dont les rampes sont en cristal de Baccarat. Cette pièce est flanquée d'ailes où se trouvent les pièces étatiques, les appartements impériaux et le gynécée. La plupart des pièces sont équipées du mobilier d'origine.

35

La forteresse de Roumélie a été construite en un temps record de trois mois en 1453, en vue du siège et de la prise de Constantinople. Elle fait face à la forteresse d'Anatiolie construite en 1395, au point le plus étroit du Bosphore. Elles devaient empêcher le passage des bateaux chargés de blé en provenance de la mer Noire, pour approvisionner la ville. Après la prise de la ville, elle devint inutile et petit à petit l’espace intérieur fut occupé par des habitations en bois, une mosquée et un hammam. En 1958, on transforma la forteresse en musée de plein air, agrémenté d’un amphithéâtre pour des concerts
La forteresse mesure 250 mètres de long sur 120 de large avec deux grandes tours rondes en hauteur et une en contrebas près du Bosphore. En 1453, On démonta les maisons des villages des alentours pour trouver les matériaux nécessaires à cette construction. La tour Zağanos, au sud s’élève à 57 mètres au-dessus du niveau de la mer. On compte également deux autres grandes tours (Saruca Pacha et Halil Pacha) ainsi que 13 bastions.
Le bâtiment possède quatre portes principales et une porte secondaire.
Dans la cour, on peut voir une exposition constituée de canons, de boulets et d'une partie de la chaîne qui fermait l'entrée Corne d’Or.

37

Forteresse Byzatine d'Anadolu Hisari
Elevée entre 1390 – 1393 par Beyazit Ier, cette forteresse est le plus ancien monument ottoman de toute la province d’Istanbul.
En 1452, après avoir achevé la construction de la forteresse de Roumélie en face, Mehmet II fit renforcer ses défenses. Après la prise de la ville en 1453, la forteresse fut désaffectée et tomba en ruine.
En 1928, une restauration sauvegarda les éléments essentiels. L’ensemble comprend un donjon carré à trois étages enfermé dans une enceinte renforcée de bastions. L’enceinte extérieure fut construite sous Mehmet II et est renforcée de grosses tours. On l’a percé aux deux extrémités afin d’y faire passer la route moderne du village.
On ne peut pas visiter les tours et les remparts restants. Les deux forteresses, celle d'Anatolie et celle de Roumélie, ont permit aux Ottomans d'avoir le contrôle sur le Bosphore avant même de prendre définitivement la capitale byzantine.

36
Forteresse de Goksu sur le Bosphore
38
Fabrication de Chapati : galette de pain
39
Vendeur de glaces dans la rue près de Topkapi
40
Tram quartier de la tour Galata 
41
Tour Galata

La tour Galata
C’est l’un des seuls témoins encore debout des remparts de Galata. Construite en 1348 par les Génois, elle remplaça l’ancienne tour « Castellion ton Galatou » et prit le nom de « Tour du Christ ».
Les Ottomans l’utilisèrent d’abord comme prison, puis comme tour de guet pour surveiller les incendies. Entre 1964 et 1967, on y ajouta un toit conique qui s’accorde bien avec le reste de l’édifice.
Un balcon circulaire, culminant à 68 mètres, offre une vue toute la veille ville de Constantinople et celle de Galata - Péra - La Corne d'Or et le Bosphore et la mer de Marmara. Par temps clair on peut apercevoir les collines de Bithynie avec le Mont-Olympe (Ulu Dagi).
Au XVIIe siècle, le premier homme volant, Hezarfen Ahmet Çelebi, s’élança de la tour de Galata avec des ailes qu’il s’était fabriqué lui-même. Il réussit à traverser le Bosphore et atterri sur une place à Uskudar. Le sultan Murat IV le récompensa en le couvrant d’or puis, méfiant, l’exila à Alger

48

Les derviches tourneurs constituent les membres de l’ordre mevlevi, ordre musulman soufi. Le soufisme est une doctrine datant du 8ème siècle et qui est de nature cachée au sein de l’Islam. Il s’agit d’un mouvement spirituel, voire mystique, au sein de la religion musulmane.

Au 13ème siècle, Jalal al-Din Rumi, grand penseur du soufisme, fonda l’ordre mevlevi à Konya, ville située aujourd’hui au coeur de la Turquie. Les membres de l’ordre mevlevi portent le nom de derviches tourneurs par le fait que les mouvements de leurs danses se rapprochent de ceux d’une toupie.

Durant la période de l’Empire Ottoman, de 1299 à 1920, l’ordre mevlevi occupait une place importante et indépendante du pouvoir à l’intérieur de la société. Ainsi, un fonctionnaire qui servait le sultan ne pouvait pas en même temps être une personnalité majeure au sein de l’ordre mevlevi. Il devait choisir entre les deux fonctions. L’ordre mevlevi s’est alors étendu au Proche-Orient, en Egypte, et aux Balkans.

Suite à la chute de l’Empire Ottoman en 1920, l’ordre mevlevi fut interdit en Turquie pendant 25 années. En effet, en 1950, les derviches tourneurs furent autorisés à nouveau d’effectuer des représentations et l’ordre mevlevi fut légalisé.

  .

.
RETOUR
LE BRESIL
LE NEPAL LE PEROU LA HONGRIE JAVA - BALI
L'INDE
LE RAJASTHA
Cliquez sur la photo 1 1
1 buda7 borobudur2 1
LE CAMBODGE LE VIETNAM LE MYANMAR LE LAOS OUZBEKISTAN
cam 1 1 133 1